Lutte - face à face à la RTS: Yekini et Balla Gaye 2 jouent la carte de l'apaisement

Yakhya Diop Yékini et Balla Gaye 2 ont joué la carte de l'apaisement lors de leur troisième face à face organisé hier, mercredi 18 avril, à la Rts. Les deux adversaires du combat du 22 avril prochain au stade Demba Diop se sont comporté en véritables « gentlemen » pour dépassionner cette ultime rencontre d'avant combat qui s'est déroulée sous haute surveillance policière.



Lutte - face à face à la RTS: Yekini et Balla Gaye 2 jouent la carte de l'apaisement
Après l'échec des deux premiers face-à-face entre Yékini et Balla, le troisième a finalement été le bon pour les deux adversaires qui se sont fait face hier, mercredi 18 avril, dans les locaux de la Rts où un important dispositif de sécurité a été déployé tout autour de la place Sfax afin e prévenir tout débordements lors de ce grand oral entre les deux adversaires du combat du 22 avril.

La tension que l'on appréhendait tant et entretenue durant les dernières sorties des deux lutteurs n'a en effet pas eu lieu. Les médiations, les bons offices et surtout les appels au calme et à la non violence ont eu leurs effets et un écho auprès des deux lutteurs qui se sont présenté à l'heure indiqué pour répondre aux nombreuses questions qui alimentent depuis quelques jours les conversations. A 20 h pour Balla Gaye et 20h15 pour Yékini, les deux protagonistes étaient déjà dans le bon tempo en faisant preuve d'une ponctualité. Leurs propos ne l'étaient pas moins car circonscrits dans une ambiance empreinte de fair-play.

Les deux lutteurs ont tenu d'emblée à dépassionner les débats après les péripéties qui ont marqués le dernier face à face avorté et dans les différentes sorties dans les médias. « Je m'excuse auprès des Sénégalais après ce qui s'est passé dernièrement. Je suis pour le spectacle et je ne recommande à aucune personne appartenant à mon camps de verser dans la violence », regrette d'emblée Balla Gaye 2. Son vis-à-vis est dans le même esprit lors qu'il s'est excusé des propos formulés à l'égard du reporter Bécaye Mbaye. «Je m'excuse auprès de tout le monde. Des personnes nous ont réunis pour dépasser ce accrochages. C'est maintenant derriére nous », dira -t-il, avant d'apporter des éclairages sur les mots qu'il a lancé à l'endroit de son adversaire. « Balla Gaye 2 a mal compris. Quand je disais qu'il n'y aura pas de paix entre nous, c'était une manière de lui signifier que notre combat ne pouvait en aucun cas être un parti de plaisir. C'est même une exigence de la lutte », explique t-il. « J'ai répondu à ces termes parce que c'était la première fois qu'un lutteur qui n'était pas un adversaire direct m'attaquer», ajoute-t-il. Selon lui, il ne peut y avoir d'animosité ni de haine envers son adversaire ni envers quel que lutteur que ce soit.
« Je ne crois pas que ce Balla Gaye 2 là peut m'ébranler »

Le vent frais qui soufflait sur les lieux n'a toutefois pas empêché le Roi des arènes d'élever le ton pour signifier à l'assistance que le combat contre Balla Gaye 2 ne l'ébranle point. « Je ne crois pas que ce Balla Gaye 2 là peut m'ébranler. Je ne plaisante pas. Il y a dans l'arène moins de poids lourds et c'était le moment de le croiser. Mais c'est un combat insignifiant», lance t-il. Mieux, il est plus que jamais convaincu de garder encore les rênes de l'arène et de préserver pour toujours son invincibilité. « Je lutterai une ou deux fois encore dans. Je crois à la victoire. Après 20 ans, je n'ai jamais eu de problème avec un adversaire. Le Yékini de 1997 est celui d'ajourd'hui. Je suis prêt à lui donner la main et le relever après le combat », confie Yékini.

Mais si le Lion de la banlieue s'est inscrit dans la même dynamique de fair play que son adversaire, il ne manquera pas de répartie pour démonter les arguments de l'enfant de Bassoul. Un adversaire qui, selon ses dires, il a longtemps observé pour pouvoir l'affronter aujourd'hui.
Balla Gaye 2 : « Je suis très à l'aise devant les Lourds »

« Je le félicite pour son palmarès, car c'est un grand champion. J'ai éprouvé le désir de croiser Yékini quand je l'ai croisé pour la première fois dans une salle de musculation. Je savais que l'on allait se croiser. C'est un lutteur que j'ai bien observé » soutient -il. Il reste convaincu qu'il ne mettra pas une minute pour battre Yékini. « Je suis très à l'aise devant les Lourds. Ce n'est pas des blague», répond-t-il. Revenant sur sa préparation, le fils de Double Less a rassuré sur l'état de sa forme après ses différents séjours aux Etats-unis.

« C'est le combat le plus sérieux. C'est notre profession. Pour répondre à ceux qui parle de mon vendre, je leur dire que je suis jeune et je n'ai pas besoin d'être bedonnant. Je m'entraîne et je travail pour la victoire », insiste t-il.
Omar Diaw (Sud quotidien)


Jeudi 19 Avril 2012 - 08:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter