Lutte sénégalaise avec frappe : des techniciens français tiennent les premiers rôles

La lutte avec frappe, un sport pratiqué qu’au Sénégal, continue à recruter sur l’international avec l’organisation des combats à Paris Bercy et en janvier prochain à Las Palmas (Espagne) mais aussi et de plus en plus avec la présence de techniciens expatriés.



Lutte sénégalaise avec frappe : des techniciens français tiennent les premiers rôles
Le quotidien spécialisé, Sunu Lamb, décompte trois techniciens français spécialisés en arts martiaux et éparpillés entre les écuries de Baol Mbollo, Ndakaru et Mbour. Le plus connu et le plus présent dans les médiats est Fabrice Allouche qui a travaillé pendant longtemps avec Yekini mais aussi Malick Niang, un des espoirs de la lutte avec frappe. Samir Fawaz, présenté comme un champion de France de taekwondo, est apparu au devant de la scène à la faveur du combat entre Tapha Tine et Balla Gaye 2. Dans des entretiens parus dans la presse, il avait décidé d’arrêter sa collaboration avec l’écurie Baol Mbollo après la chute de Tapha Tine. L’autre technicien français, Luc Estienne travaille avec Bombardier de Mbour. Se présentant comme un amoureux du Sénégal et de sa Petite Côte, il est tombé par un simple hasard sur la lutte avec frappe lors de ses fréquents séjours sur la station balnéaire de Saly Portudal où s’entraînent les lutteurs de l’écurie de Mbour et leur chef de file, Bombardier. avec StarAfrica


Mercredi 31 Juillet 2013 - 10:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter