M'Bengue : «Si le président Sadran veut qu'on discute...»

Dans le viseur du Bayer Leverkusen, Cheikh M'Bengue préfère rester «prudent» tant que l'intérêt du club allemand ne s'est pas concrétisé par une offre. L'international sénégalais n'exclut pas non plus de prolonger son contrat qui prend fin dans un an.



M'Bengue : «Si le président Sadran veut qu'on discute...»
«Cheikh M’Bengue, le Bayer Leverkusen s’intéresse à vous. Est-ce un club qui pourrait vous tenter ?
Pourquoi pas ? C’est un club qui a terminé dans les premières places l’an dernier (3e de Bundesliga, NDLR), qui évolue dans un championnat qui se développe de plus en plus. On verra si ça devient concret ou pas. Pour l’instant, je préfère rester prudent et me mettre en tête que je vais rester à Toulouse cette saison. Les intérêts sans offre derrière, j’ai trop l’habitude…

Vous parlez de rester à Toulouse. Pourtant, il ne vous reste plus qu’un an de contrat…
Oui, au vu de ma situation, il serait plus logique que je parte, mais je ne veux pas partir n’importe où non plus. Et puis, je peux aussi prolonger. Jusqu’à présent, on n’est pas tombé d’accord avec le président, mais je n’ai pas dit non. S’il veut qu’on discute, pas de problème.

Début juin, il avait affirmé ne pas vouloir se retrouver dans une situation identique à celle à laquelle il avait été confronté avec Moussa Sissoko, l’hiver dernier.
Ça serait effectivement logique que le club récupère un peu d’argent compte tenu du fait que j’ai été formé ici. Comme je l’ai dit, je ne suis pas contre le fait de prolonger, mais pas à n’importe quelles conditions. Si dans un an, une opportunité se présente, je n’ai pas envie d’être bloqué.
 
 
Quoi qu’il arrive, vous ne partirez pas libre ?
On ne sait jamais, mais honnêtement, je ne pense pas. J’ai trop de respect pour Toulouse. Je n’ai pas envie de rentrer en conflit avec ce club. Soit je prolonge, soit je pars».


Dépêche

Samedi 13 Juillet 2013 - 12:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter