MACKY A LA CROISEE DES CHEMINS



Je suis triste ; profondément triste pour mon pays. Mais surtout, je suis préoccupé, par un cas problématique : MACKY Voici un Président élu qui avait toute la légitimité et un préjugé favorable immense pour bénéficier d’un soutien populaire et réussir sa mission. Aujourd’hui, on assiste à ce que l’on peut appeler un effritement du pouvoir de l’Etat, tant il est vrai que tout abus est nuisible. MACKY avait toutes les cartes en main, pour réussir ; il a voulu faire de la real politique avec une fleur au bout du fusil, entouré d’une meute de francs tireurs avides de pouvoir, rusés comme des sioux, et dépourvus de tout honneur en politique, l’intérêt du moment justifiant en partie leurs attitudes, sans que cela coïncide forcément avec leurs convictions profondes.


Feindre et dissimuler, profiter des circonstances du moment et attendre le moment le plus favorable pour déstabiliser MACKY et prendre le pouvoir, voilà leurs sombres desseins. MACKY s’est laissé berner, pour ainsi dire. Les locales devraient pourtant  lui prouver à suffisance, qu’il se coltine une coalition hétérogène qui le suit comme les  chiens du traineau suivent celui en tête avec une rage folle qu’ils laissent éclater au moment du partage du repas, obligeant le maitre à l’isoler, ce qui exacerbe davantage  leur rage et suscitent en eux des envies de meurtre. MACKY n’est ni  bien entouré, ni bien  accompagné, ni soutenu.
Il est victime d’une stratégie d’encerclement vertigineuse qui se transforme progressivement en une stratégie plus vicieuse dont le but ultime est de l’isoler,  et de le couper définitivement des populations, pou l’évincer, au moment propice.


Jamais dessein n’aura été plus cruel que celui qui anime les partis les plus prétendument représentatifs qui figurent dans sa coalition hétéroclite. Malheureusement, cela coïncide avec l’éclatement de scandales tout aussi ahurissants les uns que les autres : police, gendarmerie,  en attendant la remise au gout du jour de la bombe de la direction des impôts et domaines qui impliquent les plus hauts responsables de ce corps ( aujourd’hui nommés à des postes de grande importance) sans oublier celui prochain de la douane aussi, qui fera trembler jusqu’aux murs du palais ! Ajoutons à cela les farberies tragi comiques  de farfelus comme  Mbagnick NDIAYE, on obtiendra tous les ingrédients constitutifs d’une crise d’autorité qui dérive dangereusement vers une crise politique, de nature à déstabiliser surement notre pays ou du moins ses institutions qui sont le garant de sa stabilité !


Nul ne peut souhaiter cela pour son pays. Aujourd’hui, MACKY doit se réveiller. Son entourage doit avoir à l’esprit que l’intérêt supérieur du pays nous commande  tous de savoir raison gardée. Les nominations ubuesques de personnes de petite compétence sur fonds de lobbying griotique ou familiale doivent cesser.
Les locales devraient être une formidable occasion pour MACKY de se projeter vers l’avenir, de stabiliser ses forces dans ses bastions qui lui sont acquis, et de peser ses compagnons par rapport à l’opposition, dans les terroirs qui lui ont tourné le dos. Il disposera alors de tous les éléments pertinents pour recomposer sa coalition, fédérer les forces représentatives autour de son programme politique, pour notre intérêt à tous.
Halte aux liquidations politiques tous azimuts ; ce n’est pas en faisant le vide autour de son arrière garde qu’il stabilisera son régime et renforcera son parti.


Les sanctions politiciennes dans ce genre doivent être dépassées dans notre pays. S’il est vrai que son épouse pèse autant dans les décisions qui engagent notre avenir à tous, je ne peux pas croire qu’elle puisse en toute bonne conscience être encline  à lui faire prendre des décisions qui le font courir vers sa perte. A bientôt à mi mandat, MACKY est encore le maitre du jeu. Donc surtout  pas de fuite en avant. Les sérères disent d’ailleurs que ça va aller mal ne signifie pas forcément  que les chosent ne  finiront pas bien.
Aux cadres de l’APR, le combat se mène à l’intérieur des structures de votre parti, où tous les militants sont d’égale dignité.


Nous avons en commun le Sénégal que nous devons construire ensemble,  opposition comme pouvoir.
Que chacun prenne ses responsabilités, en mesurant lucidement et sereinement son engagement et ses actes à l’aune des valeurs fondatrices de notre nation. Cela vaut pour tous : armée, gendarmerie, justice société civile et j’en passe. Respectons le principe de la séparation des pouvoirs encore une fois, et que toutes les formes d’autorités exercent librement leurs prérogatives. C’est uniquement cela qui pourra garantir durablement notre stabilité et renforcer la bonne gouvernance. Un pays ne s’est jamais développé grâce aux palabres stériles ; chez nous , à force de palabrer stérilement, même la pluie nous a fuis…

Cissé Kane NDAO Président de l’Alliance Démocratique pour la République A.DE.R.

Jeudi 24 Juillet 2014 - 13:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter