MACKY SALL avertit : « Tous les ordonnateurs de dépenses publiques dont le budget est supérieurs à 500 millions de FCFA seront assujettis à la déclaration de patrimoine »

Une Loi portant code de transparence pour la gestion budgétaire et qui va imposer désormais la déclaration de patrimoine non seulement au président de la République qui est tenu de le faire à travers la Constitution, mais tous les ordonnateurs de dépenses publiques dont
les budgets sont supérieurs à 500 millions par an sera instituée au Sénégal.



MACKY SALL avertit : « Tous les ordonnateurs de dépenses publiques dont le budget est supérieurs à 500 millions de FCFA seront assujettis à la déclaration de patrimoine »
La révélation a été faite par le président de la République, Macky Sall lors de son séjour au Burkina Faso. Selon le chef de l’Etat, ces personnalités seront assujetties à la contrainte de devoir faire une déclaration de patrimoine à l’entrée et à la sortie. « Ce travail nécessite la mobilisation de tous les Sénégalais. Le président de la République quelle que soit sa volonté ne suffit pas », a lancé Macky Sall. C’est pourquoi, a  souligné le président Sall qui rencontrait la
communauté sénégalaise vivant au pays des hommes intègres, « j’ai dit à mes amis de l’Apr que lorsque j’ai déclaré que la patrie avant le parti est une conviction. Ce combat que je mène, ils doivent être les premiers à être derrière moi. Qu’ils comprennent que notre mission première c’est d’abord de satisfaire la communauté nationale. Il faut bannir les pratiques que nous avons trouvées  sur place : le copinage, le trafic d’influence, les prébendes », a insisté le chef de l’Etat. Et Macky Sall de préciser : « le pouvoir génère des avantages, c’est indéniable. Mais il faut que ces avantages nous permettent de nous mobiliser pour satisfaire la demande sociale ».

Le président Sall a estimé que sans la transparence, les moyens mis à la disposition du pays ne seront pas utilisés à bon escient. « Il faut que les gens comprennent que désormais quiconque a une responsabilité doit s’attendre à en rendre compte demain à commencer par le président de la République qui va rendre compte à la nation », a martelé l’hôte du président Compaoré. Le président a poursuivi : « les ministres les directeurs généraux, les chefs de service, chacun selon son niveau de responsabilité doit s’attendre à rendre compte des moyens qui sont mis à sa disposition»

Issa Ndiaye

Mardi 23 Juillet 2013 - 11:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter