Macky SALL aux jeunes de Fatick : « La patrie avant le parti, mais … »

Le président de la République, se rendant dans le Saloum pour le lancement de la campagne sur le bétail, a été interpellé sur les incidents de samedi dernier à Fatick. Macky SALL a martelé aux jeunes fatickois que « la patrie avant le parti, mais vous faites partis de la patrie et nous devons gérer vos préoccupations comme nous devons gérer de façon générale les préoccupations d’emploi des Sénégalais ».



Macky SALL aux jeunes de Fatick : « La patrie avant le parti, mais … »


Il a, par ailleurs, demandé aux responsables locales de son parti d’être plus proches des populations. « Vos cris de détresse étaient une sorte de rappel. Qu’on sache qu’il y a encore des attentes en matière d’emploi mais surtout vous souhaitiez que vos responsables politiques soient plus présents sur le terrain pour qu’ils puissent communiquer avec vous. Cette requête a été bien comprise et dans l’avenir les responsables seront plus présents et attentifs à vos préoccupations », selon le président de la République.

« Moi-même j’ai engagé des efforts très importants en direction de la jeunesse du Sénégal. Bien sûr, la jeunesse de Fatick fait partie de la jeunesse du Sénégal mais elle ne peut pas être exceptionnelle, on ne peut pas la tirée seule ni la traitée seule. La patrie avant le parti, mais vous faites partis de la patrie et nous devons gérer vos préoccupations comme nous devons gérer de façon générale les préoccupations d’emploi des Sénégalais », indique sur les ondes radiophoniques locales, Macky SALL.

Cependant, il a annoncé des projets pour la jeunesse sénégalaise et celle de Fatick. « Nous avons plus de 3 mille emplois en vue dans le cadre du quinquennat que nous avions déjà commencé. Je vais vous donner l’assurance que Fatick fait parti de mes préoccupations et que déjà des investissements privés sont en cours dans le cadre de l’aviculture, dans le cadre également de l’industrialisation de Fatick » souligne le président de tous les Sénégalais, avant d’apporter un additif de désolation sur les incidents derniers. « Je condamne très fermement la violence et que vous avez la possibilité via la presse d’organiser des points de presse pour contester, mais pas de violence », persiste le premier magistrat du Sénégal. 



Mardi 12 Février 2013 - 14:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter