Macky Sall, « Il n'est plus acceptable qu'au XXIe siècle des enfants innocents continuent de mourir de maladies évitables par la vaccination »



Hier le président de la République a présidé la conférence internationale sur le thème « vaccination et religions ». C'est l'occasion de remettre sur la table l'importance que revêt la prévention des maladies pour une population en bonne santé. Cette politique de prévention passe très souvent par la vaccination qui fait l'objet de nombreuses stigmatisations dans nos pays pour des raisons religieuses. « La conviction, c'est qu'il n'est plus acceptable qu'au XXIe siècle des enfants innocents continuent de mourir de maladies évitables par la vaccination ou de devenir handicapés à cause de telles affections dues notamment à la négligence des adultes », a lancé le président de la République à l'endroit des participants.


Ces propos, doivent permettre à certaines communautés encore réticentes aux vaccinations de revoir leur position sur la question. Selon le professeur Mouhamed Iyane Sow, il est constaté que certains pays, particulièrement certaines communautés musulmanes développent des réticences par rapport à la vaccination. Les agents infectieux n'ont pas de frontières. Si un pays fait des efforts alors que les autres ne le font pas, on se retrouve dans un cercle vicieux ».


Le porte-parole de famille de Seydi Hadj Malick, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, a déclaré que cette conférence se déroule au moment où certains enfants souffrent de problèmes de handicap à cause de la négligence des parents. Il a rappelé que l'Islam n'est pas contre la vaccination, parce que le prophète a toujours prôné la prévention pour lutter contre les maladies. De son avis « L'Islam accepte alors la vaccination ». Ainsi, il a invité les professionnels de la santé à collaborer avec les chefs religieux pour combattre les maladies qui freinent le développement et l'épanouissement des enfants.


Selon les chiffres, chaque année dans le monde 22 millions d'enfants ne sont pas vaccinés contre les maladies les plus fréquentes. Aujourd'hui, on estime à 7 millions le nombre de décès au niveau des enfants imputables aux maladies évitable par la vaccination. Parmi les raisons de cette situation, « il y a entre autres le refus des parents faute d'informations fiables, le plus souvent entretenu par des rumeurs et des assertions sans fondements, ni religieux, ni culturels ou scientifiques », déplore le chef de l'Etat. 


Mardi 25 Mars 2014 - 14:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter