Macky Sall : «Il y aura un scrutin en 2017»

Le président de la République Macky Sall a pris la décision de réduire son mandat de 7 à 5 ans. Et personne ne pourra le contraindre à y renoncer, à moins de voter «Non» lors du référendum de 2016. Car, a-t-il déclaré : il y aura un référendum en 2016 et un scrutin en 2017.



Macky Sall : «Il y aura un scrutin en 2017»
«Il y aura bien en 2016 un référendum constitutionnel dont je donnerai la date précise dans les prochains jours ; puis un scrutin en début de 2017. Mais ce qui importe, c’est moins le calendrier que l’ampleur de la réforme visant à renforcer la démocratie sénégalaise et à moderniser nos institutions». Ces propos sont du président de la République, Macky Sall, qui se prononçait sur la révision de la Constitution qu’il s’apprête à soumettre aux Sénégalais.

Mais, le chef de l’Etat est d’avis que la question de réduction de son mandat ne doit pas occulter les autres points qui figurent dans le document car, la réforme, annonce-t-il, «porte certes sur la durée du mandat, mais aussi sur le plafonnement à 75 ans de l’âge des candidats. De même, je tiens à élargir le pouvoir du Conseil constitutionnel, dont deux des membres seront désignés sur proposition du président de l’Assemblée nationale, prérogative réservée jusqu’alors au chef de l’Etat… »

Cependant, le successeur de Me Abdoulaye Wade est conscient que son projet ne sera pas accueilli favorablement par certains de ses pairs africains mais, informe-t-il, «en engageant cette réforme, je n’ai pas songé  à ce que les autres en penseraient»

Ousmane Demba Kane

Jeudi 28 Janvier 2016 - 06:57




1.Posté par Leuk le 28/01/2016 15:36
Faire désigner 2 nouveaux membres du Conseil Constitutionnel, par le Président de l'Assemblée Nationale, cela n'a pas sens et d'avenir pour une telle loi.

En lieu et place, il est préférable que soit SEULEMENT soumise à l'approbation par le Parlement TOUTE proposition au poste de Membre du Constitutionnel. Et qu'il en soit de même pour TOUS LES AUTRES Postes de Haute Responsabilité.
Nous voulons aussi que certaine décisions majeures soit soumises à l'appréciation du Parlement.
Nous voulons enfin de vrais pouvoirs pour le "Pouvoir Législatif" et ce pour l'avenir du Sénégal.

Pour ce qui est la limite d'âge à 75 ans pour tout candidat à l'Election Présidentielle, c'est une nouvelle disposition injustice qui ouvre la voie sûrement au tripatouillage futur de la Constitution. En effet, un président élu à 71 ans et qui boucle subitement ses 5 ans serait tenté de briser ce "plafond de verre".
Par contre, le plafond de 35 ans bloque un candidat (Talla Sylla par ex) qui sera libéré au prochain scrutin.
Il est préférable de laisser le dernier mot aux Sénégalais. Et ne cherchez pas à bloquer les Papy qui voudraient tenter la révolution.
Respectueusement

2.Posté par PAPE le 28/01/2016 22:00
L'expression scrutin PRESIDENTIEL a été gommé volontairement pour ne laisser que le mot scrutin

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter