Macky Sall : "On ne peut pas tout faire. Je n’ai pas promis de tout faire, …"

Le président élu Macky Sall, après son investiture et la passation de service au Palais de la République, a soutenu encore une fois : « On ne peut pas tout faire. Je n’ai pas promis de tout faire, mais je ferai des efforts conséquents ». Il accompagnait son homologue cap-verdien qui était venu comme une dizaine de chefs d’Etat africains, assister à sa cérémonie d’investiture.



Macky Sall : "On ne peut pas tout faire. Je n’ai pas promis de tout faire, …"
‘’Je comprends cette attente. Oui elle est très, très forte, mais je vais y travailler immédiatement avec le gouvernement que je vais mettre en place dès demain (mardi). Je crois que dans un délai raisonnable, nous pourrons faire quelque chose’’, a-t-il indiqué en raccompagnant son homologue cap-verdien.

Il a ajouté : ‘’On ne peut pas tout faire. Je n’ai pas promis de tout faire, mais je ferai des efforts conséquents qui permettront aux populations d’être soulagées et donc de se concentrer sur les efforts de développement’’.

Conscient de la situation socioéconomique de son pays. Le Président Macky Sall a estimé qu’il faut ‘’répondre à la demande sociale des populations, la cherté de la vie liée au renchérissement des prix des céréales dans le marché mondial, mais également surtout en Afrique, les coûts sur les frets, (…) et parfois la non transparence des structures de prix. Donc tout cela a pour conséquence un renchérissement élevé des prix des denrées’’.

Il a également cité entre autres préoccupations, ‘’ le défi de l’école, des universités, de la santé, la couverture maladie, les défis du développement de façon générale’’.
Macky Sall a promis aussi lundi soir à Dakar de travailler immédiatement sur la demande sociale, après la mise en place de son gouvernement dès ce mardi 03 avril.


Mardi 3 Avril 2012 - 01:22




1.Posté par lebou le 03/04/2012 15:21
L'espoir est permis. Répondre à la demande sociale des populations, la cherté de la vie liée au renchérissement des prix des céréales dans le marché mondial, mais également surtout en Afrique, les coûts sur les fretts est réalisable. Ne pas prêter l'avion au président Wade, les faire les billets d'avion, le remboursement de l'argent dépensé, restitution des terrains vollés, ....... son des pistes pour régler une partie des problèmes du Sénégal.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter