“Macky Sall a blanchi Karim Wade”, selon Me Amadou Sall

La rencontre entre le président Macky Sall et le Sultan Ahmed Bin Sulayem, président de DP World ne pourrait pas rester sans conséquence sur le dossier Karim Wade. Les avocats du fils de l’ancien président de la République ont pris le chef de l’Etat au rebond et estime qu’il a blanchi leur client. Me El Hadji Amadou Sall a estimé que la conséquence des déclarations de Macky Sall est que «la CREI qui a été désavouée doit prendre une ordonnance de non lieu et mettre Karim Wade en liberté provisoire».



“Macky Sall a blanchi Karim Wade”, selon Me Amadou Sall
En 24h, Le président de la République du Sénégal a imprimé des rebondissements au dossier Karim Wade sur la traque des biens supposés mal acquis. En effet, le communiqué du président de DP World, le Sultan Ahmed Bin Sulayem a été exploité par les avocats du fils de l’ancien président de la République. Me El Hadji Amadou Sall a, sur les ondes de la RFM, souligné que «le président Macky Sall avait annoncé sur France 24 que tout est entre les mains de la justice et qu’il ne peut pas agir sur la justice, le lendemain, il reçoit le sultan Bin Sulayem du Groupe DP World et il lui dit que «le gouvernement veillera à ce qu’une décision de justice ne s’applique pas. La décision prise par la Commission d’instruction de la CREI nommant un administrateur provisoire ne va pas s’appliquer». Selon l’avocat et ex-chargé de communication de la campagne du candidat Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012 : «Cela veut dire que le président reconnait la propriété du gouvernement de Dubaï sur DP World et que par conséquent le président a blanchi Karim Wade».
 
Me El Hadji Amadou Sall de préciser que «le tout en 24h, il l’a blanchi parce qu’il dit dans un communiqué que «la décision d’administration provisoire de DP World Dakar ne s’applique pas et ne sera pas appliquée. Il assure le Sultan Bin Sulayem que tout se passera normalement».
 
Pour lui, «le président Macky Sall prend le contrepied de la justice. Il intervient immédiatement et directement dans le cours de la Justice pour anéantir une décision de justice. Le président blanchi Karim Wade».
 
Le membre du Comité directeur du PDS d’aller plus loin : «la Commission d’instruction de la CREI qui a été désavouée par le président de la République doit en tirer toutes les conséquences. Et la première devrait être de prendre une ordonnance de non lieu et la deuxième de mettre Karim Wade en liberté provisoire parce que le dossier s’écroule sur lui-même par le fait personnel et direct du président de la République». 

Jean Louis DJIBA

Vendredi 7 Juin 2013 - 15:36




1.Posté par Anouchka K le 07/06/2013 16:40
Informations , désinformations ....Jusqu'à preuve du contraire ; nous refusant à y croire ! Wait and see ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter