Macky, le probleme du Sénégal



Macky,  le probleme du Sénégal
Je suis déçu, je suis désolé mais je suis surtout excédé. MACKY à Keur Nganda, 48 heures après la visite d’IDY chez le Khalif général des Mourides. Pourquoi ?
Qu’est-ce qui le pousse à nourrir une obstination qui vire au délire paranoïaque envers IDY ?  Ou bien les charlatans de notre Présidente lui auraient-ils prédit qu’il lui piquera le Pouvoir, s’il n’y prend garde ?
Dans une de ses sorties d’alors, quand il tenait encore le haut du pavé, IDY expliquait qu’il l’avait supplié à genoux de l’épargner, après sa démission reconduction de la Primature. Au vu du rôle perfide qu’il avait joué dans cette histoire sous la houlette du tout puissant KARIM en ce temps-là, son comportement peu honorable devant la perspective de perdre son fromage, l’avait poussé sans doute à ce ravalement , signe le plus sûr de renonciation à toute forme d’affirmation  et d’estime de soi, mais surtout de toute valeur et de toute vertu quand l’intérêt du moment le commande.
Au lieu de s’occuper frénétiquement de marquer au costume IDY, et de le faire injurier par ses sicaires sans inspiration, il ferait mieux de s’occuper de ce  pourquoi on a voté pour lui. Ceux qui défendent que l’on a élu MAREME et à qui  les faits donnent raison ont besoin d’avoir un démenti clair qu’ils lui font un mauvais procès….
Mais il en est incapable. Son obsession n’est pas seulement de finir son mandat sans éclat, mais surtout de se faire réélire. Dans un contexte où le sentiment le mieux partagé est le ressentiment profond des populations qui vivent sa présence au pouvoir comme une agression au quotidien tellement il a trahi l’espoir placé en lui, tout peut être prétexte à une situation potentiellement incontrôlable.
D’où l’interdiction  de manifester érigée en règle. Cette propension à tout interdire, cette peur délirante qui pousse vers le basculement dans l’intolérance qui, si elle émane de nos dirigeants, s’appelle dictature montante explique aussi les mots de MACKY. Les termes qu’il a employés à la cérémonie d’installation du tribunal des pairs trahissent en effet sa pensée, et la tentation qui le hante, celle de pousser son régime vers le contrôle total de tout avis contraire à celui que ses louangeurs lui chantent.
Il a parlé de dictature, en évoquant le waax sa xalaat, et les revues de presse : quelle exagération !
Il a oublié sans doute que M. Ndiogou SECK est PCA de la RTS. Et c’est lui qui était dirpub du journal il est midi. Il n’a jamais songé à le rappeler à l’ordre, il n’a jamais évoqué  le respect de la dignité des personnes  qu’il injuriait. Et à l’époque, il ne disait  pas du tout que cela empêchait le pays de travailler. Le ridicule ne tue pas….
Nous sommes en train d’assister chaque jour à la pire farce tragi comique de notre jeune histoire, depuis l’Indépendance, avec le procès de KARIM : un soit disant témoin clé prétendument ou effectivement malade et presque mourant, un juge dépassé et des avocats qui se crêpent le chignon comme des chiffonniers.
Le Droit, nous avons tous l’impression qu’il a fui ce procès, et que seuls les effets de manche restent l’une des traces de son éphémère présence. Me El Hadj DIOUF avocat de l’Etat par ci et avocat contre l’Etat  ailleurs est si bien dans son élément, la représentation théâtrale, que nous en avons oublié SA NDIOGOU ET KOUTIA.
Ce qui se passe sous nos yeux n’honore pas le SENEGAL. Il faut restaurer l’état de droit et redonner à l’Etat toute la dignité républicaine qui lui sied.
Mais cela est le cadet des soucis de MACKY. Entre hésitations et tergiversations, coincé entre sa parole, dont on ne sait pas ce qu’elle vaut véritablement et la tentation de faire 07ans et de filer à l’américaine, il préfère laisser la garde rapprochée de MAREME tâter le pouls de l’opinion, pour voir s’il pourrait se passer du référendum et obtenir la confirmation de son mandat de 07 ans sans avoir l’air d’y toucher.
Rappelez-vous le 23 juin, MACKY. Le peuple t’observe et attend.
Et il n’est pas seul.
Les syndicats, et les travailleurs aussi. Dont on critique le régime indemnitaire, avec des chiffres erronés, comme l’a si bien démontré OUSMANE SONKO.
Ceux qui posent leurs yeux sur leurs avantages devraient commencer par nous dire l’origine des milliards dans leurs comptes. Ils devraient nous éclairer sur les immeubles innombrables dont ils seraient propriétaires. Et surtout, ils devraient, s’ils veulent le bien du peuple sénégalais, dire à MACKY de réduire ses fonds politiques, et de diminuer le train de vie de l’Etat.
Ce n’est pas leur priorité. Bien au contraire, il se susurre qu’un haut Conseil des Collectivités locales sorte de Sénat va être très bientôt mis sur pied.
Ses compagnons qui en ont marre de subir  l’influence grandement néfaste de son proche entourage au premier rang duquel MAREME,  FARBA er ses farberies et d’autres lèches bottes du même acabit sont en train de s’organiser aussi, pour se positionner vis-à-vis de lui, dans son parti ou en dehors.
MACKY ne connait pas ou connait peu ce dont ils sont capables.
On le voit, les problèmes de MACKY sont aux antipodes des problèmes des sénégalais, dans tous les secteurs.
Il n’en a malheureusement cure : il s’agit donc véritablement d’un rendez-vous manqué avec le peuple sénégalais.
Cela débouchera inéluctablement sur un rendez vous manqué avec l’Histoire. Dont il  subira les conséquences en premier, lui seul.Je suis déçu, je suis désolé mais je suis surtout excédé. MACKY à Keur Nganda, 48 heures après la visite d’IDY chez le Khalif général des Mourides. Pourquoi ?
Qu’est-ce qui le pousse à nourrir une obstination qui vire au délire paranoïaque envers IDY ?  Ou bien les charlatans de notre Présidente lui auraient-ils prédit qu’il lui piquera le Pouvoir, s’il n’y prend garde ?
Dans une de ses sorties d’alors, quand il tenait encore le haut du pavé, IDY expliquait qu’il l’avait supplié à genoux de l’épargner, après sa démission reconduction de la Primature. Au vu du rôle perfide qu’il avait joué dans cette histoire sous la houlette du tout puissant KARIM en ce temps-là, son comportement peu honorable devant la perspective de perdre son fromage, l’avait poussé sans doute à ce ravalement , signe le plus sûr de renonciation à toute forme d’affirmation  et d’estime de soi, mais surtout de toute valeur et de toute vertu quand l’intérêt du moment le commande.
Au lieu de s’occuper frénétiquement de marquer au costume IDY, et de le faire injurier par ses sicaires sans inspiration, il ferait mieux de s’occuper de ce  pourquoi on a voté pour lui. Ceux qui défendent que l’on a élu MAREME et à qui  les faits donnent raison ont besoin d’avoir un démenti clair qu’ils lui font un mauvais procès….
Mais il en est incapable. Son obsession n’est pas seulement de finir son mandat sans éclat, mais surtout de se faire réélire. Dans un contexte où le sentiment le mieux partagé est le ressentiment profond des populations qui vivent sa présence au pouvoir comme une agression au quotidien tellement il a trahi l’espoir placé en lui, tout peut être prétexte à une situation potentiellement incontrôlable.
D’où l’interdiction  de manifester érigée en règle. Cette propension à tout interdire, cette peur délirante qui pousse vers le basculement dans l’intolérance qui, si elle émane de nos dirigeants, s’appelle dictature montante explique aussi les mots de MACKY. Les termes qu’il a employés à la cérémonie d’installation du tribunal des pairs trahissent en effet sa pensée, et la tentation qui le hante, celle de pousser son régime vers le contrôle total de tout avis contraire à celui que ses louangeurs lui chantent.
Il a parlé de dictature, en évoquant le waax sa xalaat, et les revues de presse : quelle exagération !
Il a oublié sans doute que M. Ndiogou SECK est PCA de la RTS. Et c’est lui qui était dirpub du journal il est midi. Il n’a jamais songé à le rappeler à l’ordre, il n’a jamais évoqué  le respect de la dignité des personnes  qu’il injuriait. Et à l’époque, il ne disait  pas du tout que cela empêchait le pays de travailler. Le ridicule ne tue pas….
Nous sommes en train d’assister chaque jour à la pire farce tragi comique de notre jeune histoire, depuis l’Indépendance, avec le procès de KARIM : un soit disant témoin clé prétendument ou effectivement malade et presque mourant, un juge dépassé et des avocats qui se crêpent le chignon comme des chiffonniers.
Le Droit, nous avons tous l’impression qu’il a fui ce procès, et que seuls les effets de manche restent l’une des traces de son éphémère présence. Me El Hadj DIOUF avocat de l’Etat par ci et avocat contre l’Etat  ailleurs est si bien dans son élément, la représentation théâtrale, que nous en avons oublié SA NDIOGOU ET KOUTIA.
Ce qui se passe sous nos yeux n’honore pas le SENEGAL. Il faut restaurer l’état de droit et redonner à l’Etat toute la dignité républicaine qui lui sied.
Mais cela est le cadet des soucis de MACKY. Entre hésitations et tergiversations, coincé entre sa parole, dont on ne sait pas ce qu’elle vaut véritablement et la tentation de faire 07ans et de filer à l’américaine, il préfère laisser la garde rapprochée de MAREME tâter le pouls de l’opinion, pour voir s’il pourrait se passer du référendum et obtenir la confirmation de son mandat de 07 ans sans avoir l’air d’y toucher.
Rappelez-vous le 23 juin, MACKY. Le peuple t’observe et attend.
Et il n’est pas seul.
Les syndicats, et les travailleurs aussi. Dont on critique le régime indemnitaire, avec des chiffres erronés, comme l’a si bien démontré OUSMANE SONKO.
Ceux qui posent leurs yeux sur leurs avantages devraient commencer par nous dire l’origine des milliards dans leurs comptes. Ils devraient nous éclairer sur les immeubles innombrables dont ils seraient propriétaires. Et surtout, ils devraient, s’ils veulent le bien du peuple sénégalais, dire à MACKY de réduire ses fonds politiques, et de diminuer le train de vie de l’Etat.
Ce n’est pas leur priorité. Bien au contraire, il se susurre qu’un haut Conseil des Collectivités locales sorte de Sénat va être très bientôt mis sur pied.
Ses compagnons qui en ont marre de subir  l’influence grandement néfaste de son proche entourage au premier rang duquel MAREME,  FARBA er ses farberies et d’autres lèches bottes du même acabit sont en train de s’organiser aussi, pour se positionner vis-à-vis de lui, dans son parti ou en dehors.
MACKY ne connait pas ou connait peu ce dont ils sont capables.
On le voit, les problèmes de MACKY sont aux antipodes des problèmes des sénégalais, dans tous les secteurs.
Il n’en a malheureusement cure : il s’agit donc véritablement d’un rendez-vous manqué avec le peuple sénégalais.
Cela débouchera inéluctablement sur un rendez vous manqué avec l’Histoire. Dont il  subira les conséquences en premier, lui seul.

Cissé Kane NDAO Président de l’A.DE.R.

Dimanche 7 Septembre 2014 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter