Madagascar: des cérémonies nationales sous l'oeil critique de la communauté internationale

A Madagascar, Andry Rajoelina a présidé les cérémonies de la fête nationale ce mercredi 26 juin. Il a notamment procédé à la revue des troupes lors du défilé militaire. Candidat contesté à la présidentielle, il se maintient à la tête de l’Etat malgré les récriminations d’autres candidats et de la communauté internationale. Réunis à Addis Abeba, les représentants de l'Union européenne, les Etats-Unis et l'Union africaine ont prôné des sanctions à l'encontre du président malgache Andry Rajoelina ainsi qu'à Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka, tous deux candidats à sa succession, s'ils ne renoncent pas à se présenter au scrutin de cet été.



Le président de la Transition Andry Rajoelina a présidé pour la cinquième année consécutive, la fête nationale malgache. AFP PHOTO / ANDREEA CAMPEANU
Le président de la Transition Andry Rajoelina a présidé pour la cinquième année consécutive, la fête nationale malgache. AFP PHOTO / ANDREEA CAMPEANU

Pour la cinquième année consécutive, c’est Andry Rajoelina qui a dirigé les cérémonies de la fête nationale. Du défilé militaire le matin, au banquet donné au palais présidentiel d’Iavoloha l’après-midi.

Des festivités marquées par l’absence des diplomates étrangers. La communauté internationale rejette toujours la candidature d’Andry Rajoelina à la prochaine élection présidentielle.

Appel à la solidarité et à l'unité

Une fois de plus, l’actuel président de la Transition a axé son discours sur la souverainté du pays. « Je souhaite que nous soyions vraiment indépendants, nous ne devons pas subir constamment des pressions dans nos prises de décision (…) Personne ne peut détruire le droit fondamental des Malgaches qui est la liberté de choisir la voie à suivre pour son avenir. »

Andry Rajoelina a aussi appelé à la solidarité et l’unité. Allusion sans doute aux divisions qui minent la classe politique. Une partie des candidats à la présidentielle réclame aussi le retrait de sa candidature. Les membres de la principale mouvance d’opposition, celle de l’ex-président Ravalomanana, ont également boycotté les cérémonies.

Et pendant que les Malgaches célébraient leur fête nationale à Antananarivo, le Groupe International de Contact pour Madagascar se réunissait à Addis Abeba.

La SADC, l’UA, mais aussi d’autres institutions et pays concernés par la crise ont confirmé une position connue : les trois candidatures contestées d’Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka doivent être retirées pour que la future élection présidentielle soit reconnue.

Le GIC brandit la menace de sanctions ciblées contre ces personnalités et leurs proches. Le groupe a aussi critiqué la décision de la Cour électorale spéciale de valider ces candidatures, réclamant une restructuration et une recomposition de l’institution.
Source: RFI



Jeudi 27 Juin 2013 - 08:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter