Madagascar: deux anciens présidents quittent le processus de réconciliation

A Madagascar, Andry Rajoelina et Albert Zafy ont claqué, jeudi 19 février, la porte du processus de réconciliation nationale qui est mené par le Conseil des églises, le FFKM, depuis début décembre. Il rassemblait aussi les anciens présidents Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana, ainsi que l'actuel président Hery Rajaonarimampianina. Les négociations à cinq sont donc pour l'instant terminées. Les chefs d'Eglises veulent pourtant poursuivre le processus avec des déplacements dans les 22 régions du pays.



André Rajoelina
André Rajoelina

Andry Rajoelina quitte le processus de réconciliation nationale. Son porte-parole l'a annoncé officiellement. L'ancien président de transition ne participera plus aux réunions dirigées par le FFKM, le Conseil des églises chrétiennes. Andry Rajoelina réclame une « vraie » réconciliation. Son porte-parole dénonce le décalage entre les intentions formulées durant les négociations et les actions réalisées.

Il évoque aussi la destitution du bureau de l'Assemblée nationale qui était acquis à sa cause, et la nomination récente du Premier ministre. Une nomination qui est contestée par le camp Rajoelina. Selon le porte-parole, ces événements sont « contraires à l'esprit de réconciliation ».

Andry Rajoelina jette donc l'éponge, mais « le processus est toujours en marche » assure le pasteur Lala Rasendrahasina du FFKM. « Les chefs d'Etat ne sont que des entités parmi d'autres », affirme-t-il, alors qu'Albert Zafy, un autre ancien président a aussi quitté les discussions. Les cinq présidents ne se sont donc pas réconciliés, mais le Conseil des Eglises veut passer à l'étape suivante : la tenue de réunions élargies dans tout le pays pour une grande réconciliation régionale et nationale.


Rfi

Vendredi 20 Février 2015 - 11:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter