Madagascar: la Chine «choquée», après l'attaque d'une usine de sucre

La Chine a réagi, après l’attaque de l’usine de sucre chinoise Sucoma, à Morondava, dans l’ouest du pays. Un conflit social a dégénéré, l’usine a été pillée, et six personnes sont mortes ces mercredi 10 et jeudi 11 décembre, selon un dernier bilan.



Malgré une mobilisation importante d ela police malgache, les violences n'ont puêtre évitées. AFP PHOTO/GREGOIRE POURTIER
Malgré une mobilisation importante d ela police malgache, les violences n'ont puêtre évitées. AFP PHOTO/GREGOIRE POURTIER

Les témoins parlent d’un véritable carnage. La situation s’est calmée en ville, mais l’ambassade de Chine s’est dite « très choquée », dans un communiqué publié ce week-end, et met en garde les autorités malgaches contre la « mauvaise image du pays pour la coopération et l’investissement. »

Mais si le conflit social a dégénéré, les négociations salariales entre les employés malgaches et les gérants chinois de l’usine de sucre Sucoma semblaient pourtant bien se dérouler depuis le mois d’avril. « Le processus a bien marché, explique le chef de la région de Morondava, Gilbert Romain. Mais finalement, lorsque nous sommes arrivés à un dernier compromis au mois de novembre, il y a eu de nouvelles revendications qui étaient très violentes. Surtout, les grévistes voulaient le départ des Chinois et la revendication des salaires à 320 000 ariarys minimum par personne. » Soit l’équivalent de 107 euros par mois, et de 2 fois et demi le salaire minimum à Madagascar.

Un militaire mobilisé par habitant chinois

Dans son communiqué, l’ambassade de Chine accuse des personnes mal intentionnées d’avoir incité les grévistes à la violence. Pour Gilbert Romain il s’agirait de politiciens de l’opposition. « Les grévistes sont allés à Tananarive et ont rencontré pas mal de politiciens,explique-t-il, et c’est au retour qu’ils ont cassé et détruit les dizaines de véhicules dans l’usine et même le bâtiment. »

Et même si pour chaque Chinois habitant à Morondava, un militaire a été mobilisé depuis le mois d’avril, les forces de l’ordre n’ont pas pu empêcher les violences.


Rfi.fr

Lundi 15 Décembre 2014 - 11:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter