Madagascar: la nouvelle Cour électorale spéciale a prêté serment

A Madagascar, de l'avis même du Président de la transition c'est un pas de plus vers les élections. La nouvelle Cour électorale spéciale a prêté serment ce lundi à la Cour suprême : 18 juges sont donc désormais en fonction. La communauté internationale attend de cette nouvelle Cour qu'elle révise la liste des candidats à l'élection présidentielle publiée par l'ancienne Cour, en d'autres termes qu'elle enlève les noms du président de la transition Andry Rajoelina, de l'ancienne première dame Lalao Ravalomanana et de l'ancien président Didier Ratsiraka, des candidatures jugées illégales.



(De gauche à droite) Le Premier ministre Omer Beriziky, le président de la transition, Andry Rajoelina et les anciens présidents Didier Ratsiraka et Albert Zafy, le 18 avril à Antananarivo.. AFP PHOTO / BILAL TARABEY
(De gauche à droite) Le Premier ministre Omer Beriziky, le président de la transition, Andry Rajoelina et les anciens présidents Didier Ratsiraka et Albert Zafy, le 18 avril à Antananarivo.. AFP PHOTO / BILAL TARABEY
Lors de la prestation de serment de la Cour électorale spéciale (CES), bon nombre de personnalités politiques étaient présentes : les ministres du gouvernement, les présidents des deux chambres du parlement, le Premier Ministre, le maire d'Antananarivo, la présidente de la commission électorale malgache, et Andry Rajoelina, président de la transition.
C’est le procureur de la Cour suprême qui a ouvert la cérémonie. Une biographie de chacun des 18 nouveaux juges a été lue : c’est ainsi que l’on apprend que l’un des juges est adepte de fitness et de karaoké ou encore que le surnom de l’un d’eux est Jordan à cause de sa passion pour le basketball.
Les juges ont ensuite prêté serment jurant de prendre leurs décisions de manière libre, et sans prendre parti.
Vers une révision de la liste des candidats ?
Le Président de la Transition Andry Rajoelina s’est exprimé, affirmant que cette cérémonie n’était pas une obéissance aux ordres de la communauté internationale. Une communauté qui attend toujours son retrait et qui espère que la CES révisera la liste des candidats.
Une révision qui n’est pas prévue dans l’immédiat. Interrogés sur le sujet, trois des 18 juges ont botté en touche : « Je ne vais pas vous dire maintenant si la CES va réviser ou non », dit l’un. « Non, pour l'instant, là, il faut élire les membres du bureau de la Cour », affirme un autre. « Nous n'avons pas encore débuté nos débats », rappelle enfin un autre.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Mardi 13 Août 2013 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter