Madagascar: le Premier ministre face à l’étrange chantage des députés

Le nouveau Premier ministre malgache Jean Ravelonarivo devrait présenter son programme de politique générale devant l'Assemblée nationale ce jeudi à 10 heures, heure locale. Un discours initialement prévu mercredi, mais le chef du gouvernement a dû renoncer car les députés ont refusé de le recevoir. Officiellement à cause d'un problème de procédure, mais plusieurs élus n'ont pas caché qu'ils ne recevraient pas le Premier ministre tant qu'ils n'auraient pas chacun reçu un 4x4. Un chantage rendu possible par la fragilité de la majorité dont bénéficie le gouvernement.



Le nouveau Premier ministre Jean Ravelonarivo (g.) et son prédécesseur Kolo Roger. Présidence malgache / Service de presse
Le nouveau Premier ministre Jean Ravelonarivo (g.) et son prédécesseur Kolo Roger. Présidence malgache / Service de presse

Le Premier ministre Jean Ravelonarivo  a dû renoncer mercredi 11 février à son discours devant le chantage des députés. Comme l'explique Hawel Mamod'ali, député Mapar (Miaraka amin'i prezidà Andry Rajoelina)  fidèle d'Andry Rajoelina, la plupart des élus de l'Assemblée nationale réclament un 4x4 : « Nous avons fait comprendre à notre président d’informer le Premier ministre qu’on ne pourra pas le recevoir dans l’hémicycle pour présenter son programme général de l’Etat tant que les problèmes relatifs à cet outil de travail ne seront pas résolus. »

Même si le parking de l'Assemblée nationale est rempli de voitures de luxe et que le pays vient de demander l'aide financière de la communauté internationale face aux catastrophes climatiques, il ne veut pas renoncer à une voiture de fonction. Pour financer un véhicule à chacun des 151 députés, 12 milliards d'ariary soit près de 3,8 millions d'euros seraient nécessaires. « Que le 4x4 revienne à l’Assemblée nationale au terme de notre mandat, ça ne nous dérange pas, qu’on nous le fasse payer durant le mandat, que le 4x4 à terme nous revienne, il n’y a pas de problème non plus », ajoute l'élu.

Comme lui, les représentants de l'opposition ont également avancé qu'ils ne recevraient pas le Premier ministre tant que la Haute court constitutionnelle ne validait pas sa nomination. C'est chose faite. Après plusieurs semaines d'attente, les sages ont rendu un avis favorable mercredi, déclarant la nomination de Jean Ravelonarivo conforme à la Constitution.


Rfi.fr

Jeudi 12 Février 2015 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter