Madagascar: le gouvernement assurera le rôle de chef de l’Etat en cas de démission du président

A Madagascar, le Parlement de transition vient de mettre fin au vide juridique concernant la vacance du pouvoir. La loi adoptée prévoit qu’en cas de démission du président de la Transition et candidat à la présidentielle Andry Rajoelina, c’est le gouvernement qui assurera le rôle de chef de l’Etat de manière collégiale. Un choix qui soulève au moins autant de problèmes qu’il n’en résout.



Le Premier ministre Omer Beriziky et le président de la Transition, Andry Rajoelina (à droite), le 18 avril 2013 à Antananarivo. AFP PHOTO / BILAL TARABEY
Le Premier ministre Omer Beriziky et le président de la Transition, Andry Rajoelina (à droite), le 18 avril 2013 à Antananarivo. AFP PHOTO / BILAL TARABEY

Le texte est adopté. Mais il pourrait se heurter au contrôle de constitutionalité. D’après la loi fondamentale malgache, en cas de vacance de la présidence, les fonctions de chef d’Etat reviennent collégialement au Premier ministre et aux deux chefs d’Assemblées.

Or, c’est aux membres du gouvernement que la loi a accordé les prérogatives. Une option qui assure la représentativité de tous les signataires de la feuille de route, assure le gouvernement à l’origine du texte.

« Gouvernement-président »

Un choix qui avantage en tout cas Andry Rajoelina, mieux représenté dans cette configuration que dans un triumvirat qui n’est pas acquis à sa cause. La loi prévoit également un retour sans condition du président de la Transition à son poste en cas de nouveau report de l’élection présidentielle.

La formule retenue pourrait aussi entraîner une paralysie de l’action de l’Etat. Le « gouvernement-président » devra prendre des décisions à la majorité de ses membres alors qu’il apparaît de plus en plus divisé face à la crise politique.
Source: RFI



Lundi 8 Juillet 2013 - 10:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter