Madagascar : tension politique après le limogeage de plusieurs parlementaires

C'est l'agitation au sein du conseil supérieur de la Transition, la chambre haute du Parlement actuel. Une vingtaine de ses membres ont été limogés cette semaine, le 12 juin 2013, par décret présidentiel. Ces 23 parlementaires faisaient partie de la mouvance d’Andry Rajoelina et avaient pris leurs distances ces derniers mois avec le président de la Transition. Mais ils n’entendent pas se laisser faire et ont déposé une requête au Conseil d’Etat, engagent un bras de fer contre leur ancien leader.



Madagascar : tension politique après le limogeage de plusieurs parlementaires
Parmi les 23 parlementaires limogés, huit font partie du TGV, le parti d’Andry Rajoelina. En désaccord avec la tête du mouvement, ils ont notamment préféré soutenir d’autres candidats à la présidentielle. « Ils ne respectent pas les consignes du parti », explique sa présidente pour justifier ces limogeages.
Divisions, délitement...
Les autres parlementaires concernés sont issus de groupes affiliés à Andry Rajoelina il y a quelques mois et qui sont aujourd’hui divisés, entre fidèles et dissidents. Ces derniers contestent donc la validité du décret présidentiel. « De quel droit a-t-il pris cette initiative ? », lance Jean Lahiniriko, ancien pro-Rajoelina. Candidat lui-même à l’élection, il accuse la présidence de vouloir affaiblir cette nouvelle opposition.
Quoi qu’il en soit, cette mesure est un nouveau signe du délitement du camp du président de la Transition depuis plusieurs mois. Lorsqu’il a annoncé qu’il renonçait à la présidentielle en janvier dernier, de nombreuses ambitions ont germé et les candidatures se sont multipliées. Aujourd’hui candidat, Andry Rajoelina tente de resserrer les rangs.
Source: RFI


Dimanche 16 Juin 2013 - 13:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter