Makhtar Cissé à la Senelec : Une mission commando qui sent le ‘’suicide’’

La Senelec est une sérieuse équation pour les plus hautes autorités du Sénégal. Sachant les conséquences qui peuvent découler des longues et intempestives coupures d’électricité, le président Macky Sall vient de la confier à un de ses hommes de confiance. Le choix de Makhtar Cissé se justifie par ses états de service. Toutefois, l’Inspecteur général d’Etat et ancien DG des Douanes Sénégalaise prend possession d’une patate chaude difficile à manier. La Senelec est un repère de syndicalistes hors normes et de vieux briscards qui dictent leur loi à l’administration.



Makhtar Cissé risque l’électrocution à la Senelec. Il a été nommé pour mettre sur de bons rails cette entreprise nationale d’électricité mais il pourrait buter le mur. Des manœuvriers en la personne de l’ancien DG, Pape Dieng qui a fait ses armes à la Senelec donc maitrise bien le climat, un audacieux doublé d’homme d’affaire, Samuel Sarr ou encore un homme du sérieux rigoureux et travailleur Seydina Kane n’ont pu faire grand-chose. Ils ont tous cogné le mur.
 
Avec la recrudescence des coupures d’électricité en cette période de canicule mais surtout au moment où l’Etat chante sur tous les toits le Plan Sénégal Emergent, laisser la situation en l’état pourrait s’avérer périlleux pour Macky Sall et son gouvernement. C’est ainsi qu’il a dépêché son lieutenant de confiance Makhtar Cissé.
 
Makhtar Cissé est connu pour sa rigueur. Il a tiré vers le haut les douanes sénégalaises avec une série de réformes qui ont replacé ce corps au cœur de l’Economie sénégalaise. Colonel des Douanes, devenu Inspecteur général d’Etat, le nouveau DG de la Senelec a la lourde mission de redresser la situation d’ici trois mois. Une mission du Doing business de la Banque mondiale sera d’ici ces trois mois au Sénégal pour évaluer l’environnement économique. Or l’électricité est l’un des principaux talons d’Achille malgré toutes les réformes entreprises par l’APIX et le gouvernement.
 
Makhtar Cissé pourrait ainsi peiner à redresser la situation de la Senelec à cause d’un environnement très vicié. Cette maison en réalité est gérée par un lobby de syndicalistes et de vieux briscards qui ont la main mise sur les secteurs névralgiques comme la production et le réseau. S’ils sont en bisbille avec un Directeur général, tous les prétextes sont bons pour créer des délestages et installer toute une population dans une colère noire. Makhtar Cissé devra s’atteler d’abord à démêler ces câbles et surtout à opérer un diagnostic sérieux qui pourra lui permettre de mener les réformes nécessaires. Le plan takal avait réussi un bout du temps de Seydina Kane, il devra ainsi s’inspirer de cette recette et apporter sa touche personnelle.


Mardi 23 Juin 2015 - 10:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter