Makhtar Diop : « Mes deux priorités pour l’Afrique sont l’agriculture et l’électricité »



Makhtar Diop : « Mes deux priorités pour l’Afrique sont l’agriculture et l’électricité »
Le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Makhtar Diop, était l’invité de la deuxième édition des Débats du Monde Afrique « Les femmes, avenir du continent africain ». Pour cet économiste sénégalais, il est crucial de créer les conditions nécessaires pour attirer les investisseurs privés dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture.
 
Comment l’Afrique subsaharienne résiste-t-elle à la chute des cours des matières premières ?

Le boum économique est derrière nous. L’euphorie que certains ont pu connaître doit laisser place au réalisme et à l’anticipation. La croissance de l’Afrique subsaharienne a ralenti à 3,4 % en 2015, contre 4,6 % l’année précédente. Même si on espère un rebond à 4,2 % en 2017, les Etats africains doivent réagir, réformer des pans de leurs économies parfois, et renforcer leur capacité d’adaptation à ce nouvel environnement économique marqué par une baisse durable des cours du pétrole.

A cela s’ajoute la situation économique et financière de la Chine, principal partenaire commercial de l’Afrique subsaharienne. Ce qui a impacté les investissements et les échanges commerciaux.
Mais pour moi ce nouvel environnement offre des opportunités. Car ce contexte devrait accélérer les transformations structurelles et la diversification des économies. Il n’est plus possible pour les Etats africains de continuer à importer la majorité de sa consommation de produits alimentaires alors qu’il dispose d’un vrai potentiel agricole souvent négligé.

Quelles solutions proposez-vous aux Etats ?

Cette année, mes deux priorités sont l’agriculture et l’électricité. L’accès à l’énergie est une chose, mais c’est surtout sur le coût de cette énergie, encore très élevé, sur lequel il faut agir.
Pour ce faire, je souhaite inciter et accompagner les Etats dans une réforme des compagnies de distribution d’électricité. La plupart de ces sociétés publiques se trouvent dans des situations financières très mauvaises, ce qui est une entrave à l’électrification du continent. Ces réformes doivent prendre en compte l’entrée d’acteurs privés sur ce secteur longtemps réservé au public.
On le voit bien dans l’agriculture. Certains pays ont accéléré leur réforme foncière comme le Sénégal. Quant à la République démocratique du Congo, elle a attiré des acteurs privés sud-africains pour investir dans le secteur agricole. Selon les autorités de Kinshasa, un investissement dans le secteur de l’agro-industrie a permis de réduire de moitié le prix d’un sac de maïs.

Ce sont finalement les mêmes priorités définies par le nigérian Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement ?

Akinwumi Adesina est un bon ami. On ne s’est pas coordonné mais il est vrai que nous sommes arrivés au même constat. Il me semble important que les Etats africains orientent leurs efforts sur ces activités transversales qui impacteront mécaniquement le bien-être des ménages, permettront une relance de l’industrie et de la transformation de la richesse sur place.

Je veux profiter du fait que de plus en plus de pays nous demandent des appuis budgétaires à cause de la baisse des recettes provoquée par la chute du cours des hydrocarbures. On ne va pas forcément réduire nos soutiens mais on va faire en sorte qu’ils servent ces priorités et soient utilisés pour renforcer ces secteurs et amorcer ces réformes structurelles.

Enfin, il faut continuer à investir dans le capital humain et le défi numéro 1, c’est la qualité de l’éducation. Car on constate des progrès considérables dans l’accès à l’éducation mais je déplore que la qualité ait baissé. Et seulement 22 % des étudiants africains sortent de cursus scientifiques. Ce qui n’est pas suffisant pour former les cadres qui permettront de penser et mettre en œuvre les transformations nécessaires pour l’Afrique.

L’Afrique australe subit une vague de sécheresse. Comment réagissez-vous ?

Je suis très inquiet pour les petits Etats qui se trouvent autour de l’Afrique du Sud. Ces sécheresses en Afrique australe provoquent de graves crises humanitaires, affectent considérablement la production et affaiblissent les économies de la région. D’autant que cette année a été marquée par la fin des transferts de la SACU, l’union douanière d’Afrique australe. Un Etat comme le Lesotho est très dépendant des transferts de la SACU qui représentent plus du tiers de son PIB. Quant au Zimbabwe, nous discutons avec eux de la question de la dette et des arriérés de paiements aux organisations internationales. Les choses évoluent dans le bon sens.

Comment percevez-vous la « nouvelle banque de développement » du groupe des pays émergents, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud) parfois présentée comme une alternative à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international ?

Je ne l’ai jamais perçu comme un projet concurrent. Les besoins en financement sont tellement importants en Afrique. Cela a été présenté comme une nouvelle institution financière, mais je constate que le Brésil, la Russie ou l’Afrique du Sud font face à des situations économiques difficiles. Donc les débuts ne semblent pas simples.
Moi, je ne vois pas le rôle de la Banque mondiale comme de la pure finance. Je préfère penser notre institution comme un outil capable d’accélérer des transformations économiques dans les pays.

Que fait la Banque mondiale au Nigeria, la première puissance économique du continent, qui subit de plein fouet la chute des cours des matières premières ?

On est en train de discuter avec le Nigeria pour un appui budgétaire car ils ont enregistré une baisse significative de leurs recettes, ce qui accroît leur besoin de financements. Nos échanges portent sur des questions structurelles. Et on est encouragé par les efforts fournis par Abuja en matière de transparence du secteur pétrolier. Il y a eu des audits faits et je crois que le gouvernement est disposé à les rendre public. Ce qui permettra d’avoir une meilleure idée des flux financiers et de l’usage des revenus pétroliers.

Il y a aussi la question des relations fiscales entre les Etats. Une réforme de cette fiscalité fédérale semble indispensable pour revoir la question des transferts du gouvernement central aux Etats. Pour moi, l’expérience du Brésil, qui a mis en place une loi de responsabilité fiscale, me semble être appropriée au Nigeria. A la suite de la crise de 1998 au Brésil, on s’était rendu compte qu’une des sources de cette crise était le déficit énorme des Etats.

Comment accompagner les Etats dans leur volonté de relance industrielle ?

Il ne faut pas refaire ce qui a été fait pour relancer des industries. Les solutions des années 60 ne sont pas adaptées à 2016. Il faut être beaucoup plus flexible. Exemple avec le textile : je ne suis pas certain qu’il faille développer la fabrication de jeans en Afrique.

Il faut observer de près l’évolution de la demande mondiale sur ces questions, mais aussi la robotisation de certaines chaînes de production. Certains pays comme l’Ethiopie ont réussi à développer un parc industriel qui fonctionne bien et à attirer des multinationales. La Côte d’Ivoire a décidé d’augmenter de manière significative sa production de chocolat, c’est un exemple encourageant et nous allons soutenir cette ambition.

Je souhaite également voir les Etats développer une industrie de production électrique. C’est le bon moment, et c’est zéro risque. Car le gaz principalement offshore en Afrique n’est plus particulièrement compétitif à l’exportation. En revanche, le transformer sur place en électricité permet d’offrir de l’énergie à un prix compétitif.

Quid du niveau parfois très élevé d’endettement des pays africains dans ce contexte économique et financier moins favorable ?

C’est un vrai risque, même si les niveaux absolus d’endettement ne sont pas dramatiques pour le moment, il faut être très vigilant. Et il ne faut pas attendre une initiative d’annulation de la dette, comme ce fut le cas en 2008 pour 14 pays africains, au regard de la situation budgétaire des pays donateurs.
L’endettement en soi n’est pas une mauvaise chose à condition que ce soit pour de bonnes raisons. Nous essayons de convaincre les Etats d’améliorer leur évaluation des projets d’investissements publics, et à ne plus s’engager dans des secteurs où des acteurs privés sont présents.

Et il va falloir travailler sur les conditions pour que le secteur privé vienne investir dans des pays où les investissements publics devraient diminuer parfois de manière significative. Le secteur privé pourra peut-être garantir certains niveaux de croissance.
 


 
 
 

 
 

Khadim FALL

Samedi 9 Juillet 2016 - 11:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter