Malal Talla alias "Fou Malade": "Que Wade revienne au Sénégal pour sortir son fils de prison..."

Joint au téléphone par Pressafrik.com, Fou Malade, membre du mouvement "Y'en a Marre" et du collectif "Non au mur" se prononce sur la situation du pays. Du retour de Me Wade en passant par la récurrence des interdictions de marches dont le collectif "Non au mur" dont il fait partie a été victime et du projet d'érection de l'ambassade de Turquie sur la corniche, "Fou malade" dit tout.



Retour de Abdoulaye Wade  et interdiction du meeting du PDS 


Wade est un citoyen sénégalais. Il a le droit de revenir dans son pays s’il le souhaite. Il a gouverné le Sénégal  de 2000 à 2012. Cependant pourquoi après avoir gouverné, nos chefs d’Etat vont tous en Europe pour y vivre ? ça montre qu’on est toujours des marionnettes de l’Occident. Ils pouvaient rester dans le pays, mener des actions qui vont dans le sens d’aider les populations pour améliorer leurs conditions de vie.
Maintenant que Macky interdise le meeting que le PDS voulait tenir, ça pose problème. Mais le vrai problème est en fait ailleurs. C’est le fait que ce sont les politiques qui occupent tout le temps le débat.  Si ce n’est pas Wade, c’est Macky. Si ce n’est pas Macky, c’est Idy. Alors que les besoins des populations sont beaucoup plus importants. Que peut changer le fait que Wade revienne au Sénégal pour sortir son fils de prison ?  ça ne va rien changer dans nos conditions de vie. Je pense que Wade pouvais revenir discrètement sans tambours, ni trompettes, avec beaucoup de grandeur. Maintenant il n’a qu’à laisser le gouvernement actuel travail car Abdou Diouf l’avait laissé gouverner tranquillement.


Récurrences des interdictions de manifestions

De toute façon, Macky depuis qu’il est pouvoir il ne fait qu’interdire. Mais rappelons que sous Wade  beaucoup de manifestions ont été réprimandées jusqu’à même entraîner mort d’homme. Mamadou Diop a été tué sous Wade, il ne faut pas l’oublier. Quoi qu’il en soit, l’interdiction des marches et des rassemblements constituent un recul pour notre démocratie. Ce qui déplorable car le Sénégal est cité en modèle dans ce domaine à travers le monde entier. Si un préfet interdit des marches pour plaire au président ça pose problème. L’administration territoriale ne doit pas être politisée.

Le combat du collectif « Non au mur »

Le combat continue. L’érection du mur sur le site devant abriter l’ambassade de Turquie sur la corniche ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Le problème est plus large. C'est notre patrimoine foncier qui est danger. L’état devrait faire un audit du foncier comme il l’a fait pour l’éducation nationale. Nos terres sont spoliées  à Mbadath, Nguinth, Guédiawaye et j’en passe.

Plan d’actions à venir pour dénoncer la construction de l’ambassade de Turquie sur la corniche
Nous sommes entrain de discuter pour élaborer un plan d’actions afin de continuer le combat. Mais je ne peux cependant pas exposer ces mesures dans la presse.


Vendredi 25 Avril 2014 - 15:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter