«Malheureusement politiquement, le président de la République est entouré mais pas épaulé » selon Maodo Malick Mbaye qui craint le pire pour BBY

Le départ de Rewmi de Benno Bokk Yaakaar (BBY) n'aura pas pas été sans dégâts pour la mouvance présidentielle qui ferait mieux de sortir de sa léthargie pour ne pas essuyer pour ne vivre le pire avenir politique jamais vu sous nos cieux de 1960 à nos jours, selon l'un des alliés autour du président Sall, Maodo Malick Mbaye à la tête de la Conscience citoyenne Gëm Sa Bopp qui nie toute alliance à BBY au moment où "l'opposition très engagée est en train de s'articuler autour d'un combat" qui risque de faire très mal.



«Malheureusement politiquement, le président de la République est entouré mais pas épaulé » selon Maodo Malick Mbaye qui craint le pire pour BBY

Pour Maodo Malick Mbaye de la mouvance présidentielle BBY à travers son mouvement Conscience citoyenne Gëm Sa Bopp, le terrible constat est là. « Malheureusement politiquement, le président de la République est entouré mais pas épaulé ».

Pis, « BBY n’existe que de nom que de par la volonté de ses leaders. Il n’y a aucun cadre de concertation et d’élaboration d’une stratégie d’actions claires. La mouvance présidentielle est un groupe désarticulé, inoffensif sans aucun cadre de réflexions. La politique, c’est le réel avant d’être l’idéal » selon le leader de BBY qui se prononce sur le départ d’Idrissa Seck de la dite coalition ne manque pas de prédire que « de 1960 à nos jours, pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal, nous avons une opposition qui se bat d’abord et avant tout pour une question de survie avant de se pencher sur les questions de démocratie, de bonne gouvernance et de transparence. Nous aurons en face de nous, des opposants engagés, organisés et corrosifs sur les bords qui, certainement ne vont pas pinailler sur les détails pour s’entendre autour d’un idéal de survie pour des raisons évidentes de la traque des biens mal acquis, redditions des comptes, audits, etc. ».

« Une situation que BBY » devra prendre en compte « pour ne pas disparaître » soutient Maodo Malick Mbaye qui se secoue de cette léthargie en annonçant sa candidature aux prochaines locales pour la mairie de Thiès.

Ce, pour « proposer une alternative à la gestion dormante et par procuration du leader de Rewmi, Idrissa Seck qui « devra assumer toute la responsabilité historique de son départ de BBY », sur les colonnes du journal « l’observateur ».


Mercredi 25 Septembre 2013 - 12:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter