Mali: Les privilèges de Sanago?

Notre article paru dans L’Indépendant n°3377 du vendredi 8 novembre 2013 » IBK installe le Général Sanogo dans les privilèges d’un ancien président de la République… » a suscité un vif intérêt chez nos lecteurs mais aussi des vagues notamment de la part du Directeur de cabinet avec rang de ministre du président de la République, Mahamadou Camara. Qui a publié un démenti dans un journal en ligne avant de le retirer précipitamment. Une source mieux au fait du dossier reconnait l’existence de cette liste de 44 éléments destinés à assurer la sécurité et l’intendance de » l’ancien président Amadou Haya Sanogo » mais précise : il s’agit d’un document interne, non validé par le président IBK.



Mali: Les privilèges de Sanago?

Hier, une source très proche du dossier nous a apporté l’information selon laquelle le président IBK n’avait pas encore pris connaissance du dossier qu’il « n’aurait de toute façon pas validé « . C’est dire que le Général Amadou Aya Sanogo attendra encore longtemps avant d’être installé dans le statut «d’ancien président de la République» et de bénéficier des avantages et privilèges qui vont avec ledit statut.

 

Dans l’article susmentionné, nous révélions que la présidence de la République avait décidé de mettre à la disposition du chef de l’ex-CNDRE, le Général de corps d’armée Amadou Aya Sanogo, une équipe de 44 éléments pour assurer sa sécurité et son intendance. En effet, le Général Yamoussa Camara, chef de l’Etat-major particulier du président IBK, s’est bien inspiré de la décision n°035/SG-P-RM du 22 octobre 2013″ portant détails de l’organisation de la sécurité des anciens présidents de la République  » pour rétablir cette liste des 44. En forçant la dose puisque le texte de référence, c’est-à-dire la loi n°2012-012 du 24 février 2012 relative à la pension et aux avantages accordés aux anciens présidents de la République, prévoit  22 éléments au lieu de 44.

 

Notre source confirme bien l’existence de la liste mais précise qu’elle était encore à «l’état de proposition» quand elle est tombée dans les mains de L’Indépendant. La même source indique que le président de la République, qui en était le destinataire final, en ce sens que c’est lui qui devait la valider, n’avait pas encore pris connaissance du dossier accordant au Général Sanogo un effectif qui double celui accordé aux anciens présidents de la République. Y aurait-il apporté son onction ? Notre source répond  » Niet « . Difficile d’en être certain.

 

En revanche, après le tollé soulevé dans la presse (pas naturellement pour les mêmes motivations…) et dans l’opinion, le Général Yamoussa Camara, qui a concocté cette liste pour son bienfaiteur (il doit à Sanogo d’avoir été ministre de la Défense sous la transition), sera bien obligé de réviser sa copie à 22 éléments. A la condition, bien sûr, de faire bénéficier l’intéressé de la loi n°2012 – 012 du 24 février, votée donc aux dernières heures du régime ATT.


L'Indépendant (Maliweb)

Dimanche 17 Novembre 2013 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter