Mali: dans l'attente des résultats, l'impatience monte encore mais la sérénité domine à Bamako

Les premiers résultats officiels de la présidentielle de dimanche sont toujours attendus au Mali, où déjà deux camps se dessinent cependant. Celui du candidat Ibrahim Boubakar Keïta (IBK), dont l'entourage parle de victoire dès le premier tour, et celui du candidat Soumaïla Cissé, qui se dit en tête au premier tour mais annonce un deuxième tour. Les observateurs de l’Union européenne viennent de donner une conférence de presse et ils ont lancé un appel à la retenue.



Mali: dans l'attente des résultats, l'impatience monte encore mais la sérénité domine à Bamako

Le chef de la mission d’observation de l’UE affirme qu'il « n’est pas bon de livrer des résultats partiels qui ne correspondent pas aux résultats réels ». Et puisque c’est un jeu qui comporte des risques, il demande à tous les candidats d’exercer un devoir de réserve et de prudence.

Il en appelle également à un stricte respect des résultats, lorsqu’ils seront connus. « Il faut attendre que le processus légal livre son verdict, dit-il, et ce afin de ne pas induire une perception erronée du résultat ou susciter une exaltation populaire prématurée ou intempestive. »

Soupçons de fraude

Louis Michel a également répondu aux soupçons de fraudes, lancés ce lundi par le candidat Soumaïla Cissé. « Il appartient à M. Cissé d’établir la preuve de ce qu’il affirme et de procéder par la voie légale, rétorque-t-il. Il existe des recours, je lui suggérerais vivement d’utiliser ces recours. Quand on nous dit par exemple : "là, nous avons des soupçons de ceci", et que nous sommes sur le terrain, et bien nous essayons de le vérifier. Ici, en l’occurrence, je ne suis pas un juge d’instruction. Il nous a été rapporté un certain nombre de tentatives d’achats de votes. Mais moi, je connais les supporters qui ont fait ça, je sais de quels candidats ils étaient supporters, mais il ne m’appartient pas de le dire. Tout cela est consigné dans des rapports de certaines missions d’observation électorale. C’est comme ça d’ailleurs que je pense pouvoir affirmer que cet élection est un succès pour le processus démocratique en cours. »

Tout est calme à Bamako

La polémique sur les tendances est déjà bien engagée, mais malgré les tensions suscitées par les partisans des uns et des autres, tout est calme à Bamako. Des militants d’IBK se sont bien rassemblés ça et là, pour célébrer ce qu’ils veulent considérer comme leur victoire, mais cela est resté assez limité.

Depuis, les candidats s’en sont tenus à de simples déclarations, tout en demandant à leurs soutiens de ne pas manifester, de ne pas jeter d’avantage d’huile sur le feu. Surtout, la population elle-même ne semble pas désireuse, du moins pour le moment, d’alimenter ce qui pourrait ressembler à des troubles post-électoraux.

Une immense impatience

Ici c’est clair, tout le monde attend avec une immense impatience la proclamation officielle des résultats. Les radios et les télévisions sont allumées en permanence, les sites d’information en ligne sont par moments saturés en raison du nombre de visiteurs, mais cette effervescence reste calme, paisible.

Parlant avec ses amis du résultat de ce premier tour, un habitant de Bamako a confié à RFI : « Nous avons connu trop de problèmes au Mali, aujourd’hui il faut attendre tranquillement. ». Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir son idée sur le nom du vainqueur. Il se pourrait en tout cas qu’il soit fixé dès ce mardi soir, puisque le ministère de l’Administration territoriale a prévu d’annoncer des résultats partiels.


Dépêche

Mardi 30 Juillet 2013 - 17:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter