Mali: des groupes jihadistes s’allient pour ouvrir un front au Sud

Après l'arrestation, la semaine dernière, d'un présumé jihadiste dans le centre du Mali - il avait quitté le Nord pour le Sud -, les enquêtes se poursuivent et de nouvelles informations apparaissent sur la stratégie des groupes islamistes pour occuper le terrain dans le sud du pays.



De source proche de l’enquête, au moins quatre groupes et des formations plus petites se sont alliés pour ouvrir un front au Sud. Le mouvement armé Ansar Dine de Iyad ag Ghali, allié d’al-Qaïda au Maghreb islamique, occupe une place centrale dans cette coalition. L’homme arrêté le 9 juillet dans le centre du Mali a donné des précisions. Il aurait lui-même rencontré Iyad ag Ghali dans le grand nord du pays et c’est ce dernier qui, tirant les ficelles, lui aurait remis en mains propres des documents religieux destinés à faire de la propagande.

 
Un autre groupe dirigé par un prédicateur, originaire de la région de Mopti au centre Mali, du nom d’Amadou Koufa, a mis des hommes à disposition du même front sud. Deux groupuscules dont des partisans sont des fanatiques religieux sont également sur le terrain aux côtés des autres groupes. L’objectif de tout ce monde, constitué de quelques centaines de personnes, est de faire de la région malienne de Sikasso, qui a une frontière avec la Côte d’Ivoire, la base de ce front sud.

 
Au moins trois membres du réseau de jihadistes présumés ont déjà été arrêtés dans la même région du Sikasso. Ici, les forces de sécurité sont sur les dents, mais plutôt très confiantes. Elles affirment que le démantèlement de ces groupes est en cours.

Rfi.fr

Mardi 14 Juillet 2015 - 23:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter