Mali: des manifestants saccagent l'aéroport de Kidal (ONU)

Selon des témoignages locaux, des dizaines de manifestants ont contesté lundi contre les "arrestations arbitraires" conduites par l'opération française Barkhane.



«Des manifestants se sont introduits par effraction vers 10 h sur la piste de l’aéroport de Kidal , zone d’accès restreint, saccageant et mettant le feu aux installations sécuritaires », a indiqué, lundi, la Mission onusienne au Mali (Minusma).

Des sources locales avaient rapporté, plus tôt dans la journée de lundi, que des dizaines de manifestants sont sortis à Kidal (Nord du Mali), contester les « arrestations arbitraires » orchestrées, selon eux, par la mission militaire française Barkhane, depuis l’explosion d’une mine qui avait coûté la vie à trois soldats français le 12 avril.

S’acheminant vers l’aéroport de Kidal où se trouve le camp de Barkhane, la foule de manifestants a été visée par des tirs de sommation de la part des soldats de la Mission onusienne, Minsuma, avaient précisé des témoins, contactés par téléphone depuis Bamako, ajoutant que les tirs ont atteint plusieurs manifestants dont deux auraient perdu la vie et plusieurs auraient été gravement blessés. Ce bilan reste toutefois à confirmer de sources concernées.

De son côté la Mission onusienne a indiqué dans un communiqué, diffusé lundi dans l’après midi, et dont Anadolu a eu copie, que "certains médias font état de victimes parmi les manifestants, ces informations sont actuellement en cours de vérification", ajoutant qu’elle était "en contact avec les autorités maliennes et les leaders des communautés locales, ainsi que ceux de la société civile, dans le but d’apaiser les tensions et de comprendre les circonstances des événements qui ont dégénéré ce matin".

En toute transparence, la Minusma communiquera sur cet événement ultérieurement, indique enfin le communiqué, sans donner plus de détail sur les raisons de ces actes de protestation.

Aucune déclaration n'a été faite ni par Barkhane ni par les autorités malienne au sujet de ces troubles, lundi, jusqu'à 14h30 GMT.


Selon un décompte fourni par un responsable de la CMA, des dizaines de personnes ont été arrêtées par Barkhane depuis le 12 avril et ont été transférées vers Gao et Bamako. Cependant, ce bilan n'est pas confirmé par des sources indépendantes ou concernées.

Source: Malijet



Lundi 18 Avril 2016 - 15:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter