Mali: l’ex-ministre de la Défense, Boubèye Maïga placé en garde à vue

L'ancien ministre malien de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga a été placé en garde à vue, vendredi 3 septembre, à Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre de l'enquête pour corruption visant l'homme d'affaires français Michel Tomi. Soumeylou Boubèye Maïga a été interpellé jeudi et placé en garde à vue dans les locaux de la Direction centrale de la police judiciaire. On ignore encore les faits susceptibles d'être reprochés à l'ancien ministre. Michel Tomi a été quant à lui mis en examen en juin dernier, notamment pour corruption d'agent public étranger, faux et usage de faux, abus de confiance, recel d'abus de bien social, complicité d'obtention indue d'un document administratif et travail dissimulé.



Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta avec Soumeylou Boubèye Maïga, lors d’une conférence de presse, à Bamako, le 1er mai 2007. AFP/Georges Gobet
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta avec Soumeylou Boubèye Maïga, lors d’une conférence de presse, à Bamako, le 1er mai 2007. AFP/Georges Gobet

L'enquête a débuté en 2013. Les magistrats du pôle financier de Paris se sont d'abord intéressés aux liens entre Michel Tomi et le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).Michel Tomi, 66 ans, a bâti un empire financier en Afrique, depuis les années 1990. D'origine corse, croupier puis patron de casinos, il a également investi dans le secteur des transports et dans l'hôtellerie, notamment au Gabon - où son groupe emploie 40 000 personnes - et au Mali. Il est connu pour avoir implanté les premiers PMU en Afrique.

Michel Tomi est accusé par la justice française de blanchiment d'argent, et aurait rapatrié une partie de sa fortune illégalement en France. Il a notamment été condamné pour financement illégal de la campagne du RPF de Charles Pasqua aux élections européennes de 1999.

Au Mali, il aurait entre autres financé la formation d'agents de sécurité d'IBK, dont il est très proche. Ce serait peut-être à ce niveau que l'affaire aurait pu concerner Soumeylou Boubèye Maïga, considéré lui aussi comme un très proche du président malien qui l'avait nommé ministre de la Défense en septembre 2013. Soumeylou Boubèye Maïga a cependant dû démissionner en mai dernier, après une lourde défaite de l'armée face à la rébellion touareg.

« Le Mali lui doit assistance »

« Il se porte bien, il a des choses à dire et il s’explique calmement devant les enquêteurs français », a confié à RFI un des proches de Soumeylou Boubèye Maïga. Au cœur du pouvoir malien, on affirme que ce n’est pas à la demande de Bamako qu’il a été interpellé en France. On se dit également un peu surpris par cette soudaine garde à vue, tout en précisant qu’il n’est pas question d’empêcher la justice de faire son travail.

« Soumeylou Boubèye Maïga est un homme politique malien de premier plan et le Mali lui doit assistance, et nous le faisons », ajoute la même source.


Rfi.fr

Samedi 4 Octobre 2014 - 10:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter