Mali: le point sur la libération des six otages enlevés samedi à Tessalit

Les cinq agents électoraux et l'élu local enlevés samedi 19 juillet 2013 par des hommes armés dans la région de Kidal (nord-est du Mali) ont été libérés dès le lendemain du rapt. Un homme soupçonné d'avoir commandité l'enlèvement est actuellement interrogé. Il s'agirait d'un membre du MNLA.



Mali: le point sur la libération des six otages enlevés samedi à Tessalit
Tous les ex-otages ont regagné leur famille et se portent bien, d'après les officiels maliens présents dans la région de Kidal. Mais pendant un moment encore, les agents électoraux et l'élu libérés se souviendront probablement de ce qu'il leur est arrivé.
Il y a 24 heures, ils étaient tous dans la localité de Tessalit en train de parler de l'organisation de l'élection présidentielle. Subitement, selon des témoins, un véhicule sur lequel flottait un drapeau du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) s'est arrêté à leur niveau.
 
Les futurs otages sont alors tenus en joue et embarqués les yeux bandés. Direction la frontière algérienne, située plus au nord de la localité de Tessalit. Ils passeront un moment là-bas, avant d'être finalement libérés.
Un homme, actuellement entendu par les casques bleus de l'ONU et/ou par les forces françaises de l'opération Serval, est considéré comme le présumé commanditaire des enlèvements. Son nom : Baye Ag Diknan.
Pour le moment, les autorités maliennes l’accusent de vouloir saboter l'organisation du premier tour de l'élection présidentielle prévue dimanche prochain, le 28 juillet. De son côté, la force des Nations unies (Minusma) a confirmé que Baye Ag Diknan avait participé à une réunion dans camp onusien de Tessalit. Mais la Minusma réfute le terme d'arrestation.
Tous les dessous de ces libérations ne sont pas encore connus. Le préfet de Tessalit, Cheick Bouaré, affirme que les soldats de l’opération Serval ont joué un rôle décisif pour que Baye Ag Diknan permette aux six agents de recouvrer leur liberté.
« Les otages ont été retrouvés par les forces de l’opération Serval, assure-t-il. Ils ont été conduits au camp Amachach avec le prétendu commanditaire de l’opération, Baye Ag Diknan. Selon nos informations, c’est lui qui a commandité l’opération. Sous pression des forces françaises, il a été contraint de ramener les otages. »
Et le préfet de continuer : « Quand l’opération s’est produite, on a soupçonné les responsables du MNLA qui sont à Tessalit. De fil en aiguille, ils ont dû dénoncer quelqu’un. Mais ce qui est sûr : on m’a dit que c’est sous pression française qu’ils ont dû indiquer où ils avaient caché les otages. »
« Les autres responsables du MNLA à Tessalit disent qu’ils ne sont pas au courant de l’opération, affirme M. Bouaré. Ils ne sont pas solidaires de Baye Ag Diknan. Ce sont eux qui l’ont dénoncé. Il semblerait qu’il ait agi seul, sans concertation avec sa base. »
Contacté par RFI, le porte-parole de Serval réfute une quelconque intervention de ses troupes dans la libération des otages.
Source: RFI
 


Lundi 22 Juillet 2013 - 09:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter