Mali: les négociations entre Bamako et le MNLA achoppent toujours

Les négociations continuent entre le gouvernement malien et les rebelles touaregs. Les autorités de Bamako souhaiteraient des modifications dans la dernière version du protocole d'accord. La médiation burkinabè s’est rendue ce mercredi 12 juin à Bamako, pour convaincre les autorités de signer l'accord intérimaire. Le point sur les points de discorde.



Soldats du MNLA à Kidal le 4 février 2013. REUTERS/Cheick Diouara
Soldats du MNLA à Kidal le 4 février 2013. REUTERS/Cheick Diouara
Selon plusieurs témoins qui ont assisté au huis clos, le début de la rencontre a été tendu. Bamako avait l'impression que la communauté internationale voulait lui imposer « sa paix ». Il fallait donc réagir. Le président malien Dioncounda Traoré a pris la parole pour fixer le cap et très rapidement, les uns et les autres ont calmé le jeu.
Les négociations doivent se poursuivre ce jeudi. La médiation espère aboutir à un accord dans quelques jours. La partie malienne, elle, entend avoir gain de cause sur plusieurs points d’achoppement.
Les points de discorde
Le premier point porte sur les détails de l’arrivée de l’armée malienne à Kidal. Il y a également le cantonnement et le désarmement des groupes armés : Bamako souhaite qu’une fois cantonnés, ces groupes armés soient très rapidement désarmés. « Non », répondent les rebelles touaregs.
L’autre point chaud, c’est la levée des poursuites judiciaires engagées à l’encontre de certains responsables du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et du Haut Conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA). Un mandat d’arrêt a été lancé contre certains responsables de ces mouvements rebelles, et le texte de l’accord propose de lever ces poursuites. « C’est trop tôt », répondent les officiels maliens.
Pierre Buyoya: «Nous avons eu des échanges très fructueux»
chef de la force africaine déployée au Mali (Misma)
"Nous avons pu faire le point (avec le président), (pour voir) où nous en sommes et ce qu’il faudrait pour avancer. Et lui-même nous a expliqué en détail les points de vue du gouvernement. Et sur la base de cela, nous allons continuer les négociations à Ouagadougou et nous avons bon espoir que dans les prochains jours, nous arriverons à un accord... il n’y a pas de point de désaccord, parce qu’il ne s’agissait pas de négociation ! Il s’agissait de consultation."


Jeudi 13 Juin 2013 - 09:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter