Mali : les trois mouvements du Nord annoncent leur volonté de s'unir

A Ouagadougou, le MNLA, Mouvement national delibération de l’Azawad, le MAA, Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) et le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad ne feront plus désormais qu’un. C’est l’une des principales conclusions de plusieurs jours de concertation entre les différents mouvements armés du nord du Mali. Pour Alghabass Ag Intalla (HCUA), Bilal Ag Acherif (MNLA) et Sidi Brahim Ould Sidatt (MAA), il s’agit de fédérer leurs forces autour de « revendications cohérentes, du même projet de société et d’une même vision politique ».



Bilal Ag Achérif, chef de la rébellion touarègue du MNLA, reçu à Paris, le 23 novembre 2012. AFP PHOTO/AHMED OUOBA
Bilal Ag Achérif, chef de la rébellion touarègue du MNLA, reçu à Paris, le 23 novembre 2012. AFP PHOTO/AHMED OUOBA
Les trois mouvements du nord du Mali décident d’unir leurs forces afin d’aborder les prochaines négociations avec le gouvernement malien. « Nous avons tout en commun : une même vision politique, le même projet de société et la même plate-forme de revendication », martèle le secrétaire général du mouvement arabe de l’Azawad. Et face à un même interlocuteur, c'est-à-dire le gouvernement central de Bamako, il était essentiel qu’on ait une même équipe de négociation, poursuit -il.
Selon Algabass Ag Intalla du HCUA, les trois mouvements viennent de marquer un pas décisif à travers cette déclaration de fusion. Et les axes les plus compliqués de la fusion ont déjà fait l’objet d’entente notamment la plate forme, la commission de négociation et l’organe commun de décision.
Mais pour rendre effective cette fusion et prévenir que d’éventuelles dissensions, les trois mouvements se sont donné 45 jours pour sensibiliser leurs bases respectives sur la nécessité de ce processus.
Brahim Ould Sidatt, secrétaire général du MAA, explique que le projet de fusion est même avancé à 90%. « Il ne reste que 10% du chemin à parcourir. Et c’est essentiellement le processus de validation par les militants à la base », précise t-il.
Selon les trois secrétaires généraux, la dissolution des mouvements puis leur fusion en un ne peuvent se faire que dans le cadre d’un congrès général. « Nous avons un projet qui a un nom et l’organigramme du futur mouvement uni mais tout cela n’a de sens que s’il est validé par le congrès », ajoute Brahim Ould Sidatt du MAA.
Nous avons un plan d’actions qui nous conduira certainement vers cette fusion afin d’aborder la question essentielle du statut juridique de l’Azawad, soulignent les trois responsables touaregs et arabes.
Par ailleurs, hier lundi, trois notables Ifoghas envoyés par le patriarche Intallah pour une médiation entre Ifoghas et Imrad ont été passés à tabac par des soldats maliens. Cela s'est passé à une vingtaine de km au sud de Kidal quand ces notables ont croisé la route d'un convoi composé conjoint armée malienne / Minusma. Les hommes de la Minusma ne seraient pas intervenus mais ont ensuite averti la gendarmerie. Quant aux militaires maliens, qui appartiennent à une brigade récemment formée par l'Union européenne, ils ont été rappelés à Bamako.


Mercredi 6 Novembre 2013 - 10:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter