Mali: une semaine après l’attentat, La Terrasse rouvre ses portes

A Bamako une semaine après avoir été attaqué, le bar-restaurant La Terrasse a rouvert ses portes samedi soir. Cette ouverture symbolique était voulue par le patron, pour ne pas céder au terrorisme. Les premiers clients, des habitués de l’établissement ont choisi de revenir sur les lieux du drame, eux aussi pour faire de la résistance.



« Revenir à la Terrasse, c’est notre façon de lutter, à notre manière. » Assis tout seul à une petite table, Mohamed est le tout premier client mais pas n’importe lequel. Il est le frère du gérant. « On espère qu’il y aura du monde même si les évènements de vendredi planent encore dans les têtes, mais nous espérons qu’il y aura des gens comme moi qui vont avoir le courage », explique-t-il.

Pour Joëlle, la nièce du patron attablée au bar ce n’est pas une question de courage, ni de peur : « On a un peu tout vécu ici entre le coup d’Etat, Ebola, la guerre donc voilà non je n'ai pas du tout peur. J’ai même laissé les enfants à la maison sans crainte et je suis là pour montrer que quoiqu’il arrive on ne se laissera pas faire. »

La motivation est la même pour cet ancien policier français de passage au Mali. Il s’est assis volontairement là où le premier client a été tué vendredi dernier. « La symbolique est tout à fait là, on est ici à l’endroit où se trouvait ce pauvre garçon qui a été tué , détaille-t-il.Quand j’étais en France et que j’ai entendu ce drame, j’ai tenu personnellement dès que l’établissement serait ouvert à démontrer qu’en fait la terreur n’a pas sa loi au Mali, ni à Bamako. »

Bamako ou Paris, c’est finalement la même chose explique, Madani : « Finalement, où est-ce qu’on est à l’abri maintenant dans ce monde chaotique ? Qu’on soit ici à Bamako, à Paris et je ne sais où on n’est à l’abri nulle part. Donc tant qu’à faire faisons, on est là. » Maliens, Libanais ou Français, ceux qui étaient présents samedi soir, faisaient partie du premier cercle d’amis et de proches. Les serveuses, elles, encore sous le choc se sont une à une décommandées pour cette soirée pas comme les autres.


Rfi.fr

Dimanche 15 Mars 2015 - 11:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter