Malmo, toujours fière de son "petit gars" Zlatan Ibrahimovic

"C'est pas tous les jours qu'un petit gars du quartier de Rosengard devient le meilleur joueur de foot du monde".



A Malmo, ville natale de Zlatan Ibrahimovic, on hausse les épaules à l'évocation de la polémique française autour des propos injurieux du Suédois, icône intouchable.
Alors qu'en France sa tirade sur un "pays de merde" qui "ne mérite pas le PSG" est mal passée, y compris dans le monde politique, où le Premier ministre Manuel Valls s'est dit "choqué", rien de tel en Suède.
Mats Lilienberg, qui fut son coéquipier à Malmo en 2000 et 2001, dépeint un athlète travailleur et concentré sur la compétition, dont les outrances font aussi le charme. Derrière l'orgueil il y a "une autre personne si on fait sa connaissance", d'après lui.
"Il arrivait, il était jeune et sûr de lui. Il était exactement le même à l'époque qu'aujourd'hui. Mais (...) il est très sympa, humble. Il est toujours là pour ses proches", explique-t-il à l'AFP.
"Il a la classe, il a un bon caractère. Son attitude n'est pas toujours correcte mais on l'aime quand même", dit Elias Abdullah, lors d'un tournoi de football scolaire dans les quartiers populaires du sud-est de Malmo.
"C'est pas tous les jours qu'un petit gars de Rosengard devient le meilleur joueur de foot du monde", ajoute-t-il, en parlant du quartier où Ibrahimovic a grandi.
"Il représente l'espoir. Il a montré aux enfants qu'il y a une vraie possibilité d'atteindre ses buts même quand on vient d'un environnement difficile", souligne Angelo Feitor, un animateur socioculturel.

Ibrahima Guindo

Vendredi 3 Avril 2015 - 17:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter