Mamadou Diop Decroix : «Nous allons rester à l’Assemblée et nous battre»

Le Cadre unitaire de l’opposition a tenu cet après-midi, une conférence de presse à la permanence Oumar Lamine Badji pour dénoncer ce qu’il appelle la «forfaiture » de la majorité à l’Assemblée nationale. Les camarades d’Aïda Mbodj, et Me El Hadj Diouf ont dénoncé la posture de leurs adversaires qu’ils accusent de vouloir légaliser la violation de la loi, notamment de l’article 35 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.



Mamadou Diop Decroix : «Nous allons rester à l’Assemblée et nous battre»
 «Le combat que nous menons est un combat de principe. Il faut que les gens arrêtent de déclarer que c’est un combat de poste. S’il y a des gens qui ont faim, c’est leur problème», a d’emblée déclaré Mamadou Diop Decroix. Poursuivant sur sa lancée, le Secrétaire général d’Aj/Pads qui lisait la résolution du cadre unitaire de concertation de l’opposition affirme que le combat qu’ils comptent poursuivre sera accompagné par d’autres actions qui seront menées en dehors de l’hémicycle. Mais qu’ils n’allaient pas démissionner : «nous allons rester à l’Assemblée nationale et nous battre de l’intérieur parce que c’est pour ça que le peuple nous a élu».

Toujours sur le chapitre des mesures, Mr Decroix déclare : «Nous avons décidé d’aller rendre visite à certains pays qui mettent leur argent dans l’organisation des élections parce que ce sont eux qui mettent leur argent donc ils ont le droit d’être informés sur ce qui se passent dans notre pays».

En sus de cette mesure, le groupe à Aïda Mbodj, candidate désignée à la tête de l’opposition parlementaire par Me Abdoulaye Wade est d’avis qu’il est nécessaire d’informer les chefs religieux du Sénégal : «Nous allons effectuer une tournée chez les différents Khalifes généraux, ainsi que chez le chef de l’église, parce qu’ils doivent être mis au courant de la situation».

Le Coordonnateur du Front patriotique pour la défense de la république (Fpdr) a aussi informé qu’ils n’allaient pas accepter que l’organisation des élections soient confiée à Abdoulaye Daouda Diallo : «Nous ne pouvons pas, non plus, laisser le processus électoral être supervisé par le ministre de l’Intérieur qui est membre de l’Alliance pour la république (Apr), a-t-il conclu.

Ousmane Demba Kane

Mardi 3 Novembre 2015 - 21:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter