Mamadou Lamine Dianté : "l’année scolaire n’est pas complètement sauvée".

En tournée dans le sud du Sénégal, le secrétaire général du Saems-Cusems, a tenu à se prononcer sur leurs attentes par rapport aux engagements pris par le Gouvernement du Sénégal. Occasion pour lui de déclarer que l’année scolaire n’est pas complètement sauvée.



Mamadou Lamine Dianté : "l’année scolaire n’est pas complètement sauvée".
«Les enseignants sont plus mobilisés que par le passée parce que conscient de l’importance des acquis que nous avons obtenu mais également de leur précarité et qu’il va falloir se mobiliser pour que tous les engagements pris par le Premier ministre soient respectés à la lettre», a averti Mamadou Lamine Dianté, le secrétaire général du Saems-Cusems qui est en tournée dans le sud du pays. Et de poursuivre : «Nous tenons à informer l’opinion, qu’en décidant de suspendre leur mot d’ordre, les enseignants ont affirmé leur désir de sauver ce qui peut l’être. Mais l’année n’est pas complètement sauvée parce que l’attitude du gouvernement ne nous aide pas à croire que nous allons vers un dégel durable. Il faut que les engagements pris par le Premier ministre soient validées à travers la validation des années de vacation  de volontariat et de contractualisation, mais aussi les questions de formations diplômantes entre autres».

Sur le calendrier scolaire, Mamadou Lamine Dianté a exprimé son avis. Selon lui, il est nécessaire que le calendrier scolaire soit revu dans l’intérêt des élèves du public. «Nous voulons également rappeler qu’il faut qu’on aille vers un réaménagement du calendrier scolaire si on veut que les élèves du public aillent aux examens avec les mêmes chances que ceux du privé. Et nous nous battrons pour qu’on aille vers ce réaménagement».

La ponction des salaires a fait partie des préoccupations de M. Dianté qui rappelle que : «il y a aujourd’hui des ponctions qui ont été opérées sur le salaire des enseignants. Dès lors, on considère que les enseignants ne doivent plus aucune heure à l’Etat du Sénégal, et par conséquent, on va aller vers un réaménagement du calendrier scolaire et l’Etat va payer par conséquent», a-t-il déclaré, avant d’égratigner ses détracteurs : «Le Grand cadre, n’est pas le Grand cadre des secrétaires généraux. Il peut y avoir des secrétaires généraux qui ont envie de s’amuser, mais les enseignants ne sont pas à l’heure de l’amusement. Ce sont des responsables».

Ousmane Demba Kane

Jeudi 14 Mai 2015 - 12:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter