Mame Less Camara du Tribunal des pairs du CORED: "Le respect des règles d’éthique et de déontologie est devenu une demande sociale"

Le tribunal des pairs installé ce mercredi matin au palais des congrès de l'hôtel King Fahd Palace suscite déjà beaucoup d'espoirs. Le discours inaugural a été tellement magistral qu'il continue de raisonner dans les oreilles des invités et des journalistes qui ont fait le déplacement. Membre du Tribunal des pairs du Conseil pour l'Observation des Règles d'Ethique et de déontologie dans les médias (CORED), Mame Less Camara a estimé que cet instrument est une demande sociale. Pour lui, il devra permettre de réconcilier le métier de journalisme du public. Le journaliste consultant et formateur au CESTI a écarté toute possibilité de conflit de générations avant de faire remarquer que "Le Tribunal des Pairs n’est pas une instance des incorruptibles face aux corrompus que seraient tous les autres".



Mame Less Camara du Tribunal des pairs du CORED: "Le respect des règles d’éthique et de déontologie est devenu une demande sociale"
L’installation des membres du Tribunal des pairs du CORED a été l’occasion de décliner l’identité des membres de cette instance d’autorégulation des médias. Mame Less Camara dans un discours inaugural a souligné “Avec le Tribunal qui vient d’être installé devrait s’ouvrir une nouvelle page dans la régulation du travail des journalistes, non pas par les pouvoirs publics ou une quelconque autre autorité, mais exclusivement par les professionnels du secteur eux-mêmes”. Il a tenu à préciser que “le projet d’autorégulation, en tant que mécanisme et la volonté de mettre de l’ordre dans le travail des médias ne date pas d’aujourd’hui”.
 
Mame Less Camara n’a pas manqué de faire l’historique du CORED. “Et nous parlons d’aboutissement d’un processus déjà vieux de 16 ans. C’est en 1998 en effet, qu’était porté pour la première fois, sur les fonts baptismaux, un organe chargé de veiller au respect par tous les acteurs, des Règles d’Ethique et de Déontologie qui fondent la profession de Journaliste et de Technicien de la Communication sociale. Le CRED alors pensé par le Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (Synpics) avait balisé la voie avec les forces et faiblesses inhérentes à ses statuts et le contexte de sa création. C’est ici le lieu de saluer le travail de nos devanciers dans la mission d’autorégulation”.
 
Le journaliste consultant et formateur au CESTI a indiqué que “le respect des Règles d’Ethique et de Déontologie dans le monde de la Communication est devenu une demande sociale”. 
 
 
S’agissant de la question de génération, il a déclaré: “il ne peut y avoir de conflit de générations dans l’exercice du métier d’informer. Il n y a qu’un Code de déontologie pour engager les professionnels de tous les pays du modèle démocratique, d’une part, des référentiels  éthiques déclinés à l’échelle de chaque peuple comme celui du Sénégal un et indivisible, d’autre part ».
 
Dans le même sillage, Mame Less Camara a invité ses pairs “à travailler avec indépendance et rigueur face à tout groupe de pression, sans agression aucune contre les fondements de l’unité nationale, sans  parti- pris de nature à porter atteinte au droit à la différence. Mais aussi indépendance et rigueur dans la responsabilité. Ce qui, selon lui, représente le type de presse rêvé.
 
Tout en reconnaissant que “les causes du mal ne sont pas ailleurs que dans leurs propres rangs”, l’un des juges du CORED a fustigé le manque de moyens qui selon lui “y est certes pour quelque chose”, mais aussi “l’envahissement du secteur par des personnes poursuivant des objectifs inavoués”.
 
Toutefois l’alliance entre la Commission Nationale de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) avec le CORED a été salué par M. Camara qui a, dans la foulée, expliqué les missions du Tribunal des pairs. “Le Tribunal des Pairs n’est pas une instance des incorruptibles face aux corrompus que seraient tous les autres. Ses membres ont juste l’avantage d’avoir réussi un parcours respectable, d’avoir pour la plupart, blanchi sur le terrain de la collecte et du traitement de l’information, d’avoir généralement échappé à la tentation du gain facile qui, trop souvent, amène à confondre journalisme et affairisme au détriment du droit du public à une information juste, équilibré, utile, porteuse de valeurs de démocratie et respectueuse des intérêts de la collectivité nationale.  Les membres de ce Tribunal sont conscients de la difficulté qu’il y a à juger le travail de gens que nous créditons du même rêve de qualité que nous, a priori, individuellement aussi attachés que tout le monde à ce qui fait la grandeur de la profession qui constitue notre gagne-pain. Ces Pairs ont l’avantage de connaître le secteur, en connaissent les acteurs, sont observateurs des pratiques, ont parfois souffert des critiques venant de partout lorsqu’à un moment ou à un autre, quelques dérives ont été relevées et de l’entêtement constaté chez des fautifs récidivistes ».

Lamba Ka

Mercredi 27 Août 2014 - 18:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter