Mame Madior Boye : «Il est temps d’ agir » sur l'enlevement des 200 lyceennes nigerianes



Mame Madior Boye : «Il est temps d’ agir » sur l'enlevement des 200 lyceennes nigerianes
Dans la soirée du 14 Avril 2014, 200 lycéennes nigérianes âgées, de 12 à 18 ans, ont été enlevées, et depuis, aucune nouvelle de ces jeunes filles, ni sur leur lieu de détention, ni sur leur destination. Un groupe, connu pour ses actions inhumaines, a revendiqué, quelques jours plus tard, cet acte inqualifiable contre des personnes vulnérables et innocentes. Cet acte odieux doit être fermement condamné par l'ensemble de la Communauté internationale, et des actions réfléchies et énergiques de toute nature doivent être menées sans délai pour que ces filles, nos filles, vos filles, nos nièces, vos nièces, nos petites filles, vos petites filles, soient retrouvées saines et sauves.


Toutes les organisations internationales comme l'ONU, l'OCI (l'Organisation de la Conférence Islamique), l'UE, l'OIF, ainsi que la Umma Islamique, le Pape, toutes les religions doivent, avant qu'il ne soit trop tard, mettre tout en œuvre pour que ces enfants retrouvent rapidement leurs familles. L'OCI est particulièrement interpelée, non seulement dans cette affaire, mais au-delà, sur l'existence et les agissements de ces groupes qui enfilent le manteau de l'Islam pour mener des actions ignobles en son nom. Cette Organisation ne devrait plus accepter que ces terroristes soient désignés comme des islamistes, des djihadistes et/ou des extrémistes islamistes. Il n'y a pas d'Islam modéré ni d'Islam radical comme le soutiennent certains. Il n'y a qu'un Islam, celui qui respecte la vie, les droits les plus élémentaires de l'enfant, de la femme, de l'homme.


Il n'est plus question de se taire et de laisser faire des groupes qui, sous couvert de l'Islam, ternissent son image par des actions condamnables. Il est temps d'agir pour que le nom de l'Islam ne soit plus mêlé à de tels agissements à la limite de l'humanité. Aucune religion, aucune autorité laïque, aucune communauté ne doit plus tolérer cela.

Madame Mame Madior BOYE
 Magistrat, Militante des droits de la personne humaine
Ancienne Représentante spéciale du Président de la Commission de l’Union africaine dans les pays africains en situation de conflits armés
Ancien Premier Ministre de la République du Sénégal 


Madame Mame Madior BOYE

Vendredi 9 Mai 2014 - 11:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter