Mamour Cissé sur le code de la presse: "Macky Sall ne peut pas faire moins que Diouf et Wade"



Mamour Cissé sur le code de la presse: "Macky Sall ne peut pas faire moins que Diouf et Wade"
Le leader du Parti social démocrate, Mamour Cissé émet ses craintes sur la tenue ou pas à date échue des élections locales. « Ces élections risquent de poser des problèmes eu égard au blocage sur la revue du code électoral. Si on n’a pas un code consensus cela risque de poser un sérieux problème. Les dispositions communautaires ne permettent pas de changer les règles du jeu à six mois des élections », a averti Mamour Cissé lors d’une rencontre des femmes de son parti aux parcelles assainies. « A quelle sauce va-t-on être mangé ? Nous ne savons pas. Le problème a été envoyé au président de la République. Ce n’est pas une patate chaude si nous devons voir là-dessus le développement du Sénégal et la nécessité de trouver un consensus », a-t-il souligné.

Mamour Cissé semble mettre la pression sur le président Sall. « Les présidents Diouf et Wade nous avaient donnés des codes consensuels. Macky Sall ne peut pas faire moins. On l’invite franchement à savoir raison garder et à dépassionner les choses », a-t-il dit dénonçant l’attitude des membres du camp présidentiel. « Je constate avec beaucoup de Sénégalais qu’il a  au sein de son parti beaucoup de faucons.  Je pensais qu’on est dans une rupture. La rupture ne saurait être un vain mot. C’est une façon d’être, des attitudes, mais j’ai comme l’impression que chasser le naturel, il revient au galop », a-t-il fait remarquer dénonçant les guéguerres intestines au sein de l’Apr.


   « Il ne se passe pas aujourd’hui un jour où on ne constate pas des violences dans le camp du président. Le pire est qu’on a pu voir dans la presse la semaine dernière un député de la majorité dégainer un pistolet. Lequel député a été convoqué par le procureur, mais il n’a pas jugé utile d’aller répondre à la convocation. C’est inadmissible. Les guéguerres intestines de l’Apr sont en train de donner au Sénégal une image hideuse », a-t-il déploré, demandant au ministre de l’Intérieur de faire régner l’ordre.



Lundi 10 Mars 2014 - 11:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter