Mandat Moustapha Niasse à l'Assemblé nationale: BSS du même avis qu'Idy, invite le président Sall à corriger "ce legs de Wade"

Le camp de Moustapha Niasse sort de sa réserve sur le mandat du président de l’Assemblée nationale. En conférence de presse hier mercredi Benno Siggil Sénégal (BSS) n’a pas occulté cette question qui a fini d’accentuer la tension entre l’Alliance pour la République (APR) et Rewmi au niveau de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY). En effet, BBS qui part du principe que « la durée d’un an » de leur leader « ne s’agit là d’un legs de la gestion politicienne de Wade qui pour soustraire, son fils Karim au contrôle » de l’hémicycle et se défaire de Macky Sall a dû tordre le coup à la constitution et le règlement intérieur» du parlement, invite donc le président Sall corriger cette erreur. A cet effet, « sa correction est donc de principe et ne saurait être source de divergence entre alliés au sein de Benno Bokk Yaakaar (BBY), souligne un communiqué qui nous est parvenu.



Mandat Moustapha Niasse à l'Assemblé nationale: BSS du même avis qu'Idy, invite le président Sall à corriger "ce legs de Wade"
Depuis que le Gouvernement de Bennoo Bokk Yaakaar a commencé à poser des actes concrets dans le cadre de la traque des biens mal acquis, actes parmi lesquels, le vote par les députés de la résolution sur la levée de l’immunité de leurs pairs ciblés par la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) afin de permettre à la justice de faire son travail, le clan des souteneurs de l’ancien régime a perdu la raison.

 
Beaucoup de ceux qui étaient sceptiques quant à la poursuite de l’action judiciaire ont été surpris de l’arrestation et de la mise sous mandat de dépôt de Karim Wade, fils de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade dont le régime a, pendant douze ans, développé des politiques scandaleuses faites de corruption et de détournements dans tous les domaines de la gestion des finances publiques, du foncier, etc.

 
Wade et ses militants ne cessent de s’agiter, s’illustrant parfois même par un enfantillage, une insolence et une irresponsabilité indignes d’hommes ayant occupé dans un passé tout récent, de très hautes fonctions au sein de l’Etat. BSS estime que de tels comportements prouvent que le gouvernement est sur la bonne piste et l’encourage à poursuivre dans cette voie avec toute la fermeté requise.

 
Aussi, BSS appelle-t-il les populations à rester vigilantes face aux tentatives de mystification et de manipulation développées par les barons du Parti démocratique sénégalais (Pds) dont la seule finalité est de se poser en martyrs en vue d’arrêter le processus déclenché par le pouvoir pour faire rapatrier les deniers publics distraits par les pontes de l’ancien régime et répondre ainsi à une forte attente de la majorité des sénégalais.

 
En conséquence, BSS exhorte les masses à demeurer mobilisées dans le cadre de cette lutte, pour faire face à toute tentative de subversion, tout en laissant la justice faire son travail en toute indépendance et encourage le Président de la République à veiller à l’application de la loi dans toute sa rigueur contre ceux-là qui tenteraient par tous les moyens de déstabiliser le pouvoir.
Concernant la durée du mandat du Président de l’Assemblée Nationale qui alimente les débats depuis un moment, BSS rappelle qu’il s’agit là d’un des legs de la gestion politicienne de Wade qui, pour soustraire son fils au contrôle de l’Assemblée nationale et se défaire de Macky Sall, a dû « tordre le cou » à la Constitution et au Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale. Sa correction est donc de principe et ne saurait être source de divergence entre alliés au sein de BBY.
 
 
Du reste, BSS estime que cette question a déjà été examinée par les Assises nationales dont l’Autorité morale, le Professeur Amadou Makhtar MBOW, préside la Commission Nationale de Réforme des Institutions. Pour ce qui concerne les denrées de première nécessité, BSS salue à sa juste valeur, les efforts faits par le gouvernement en baissant de façon significative pour les ménages les plus vulnérables les prix des produits de grande consommation tels que le sucre, l’huile et le riz. Cette baisse, couplée à la réduction de l‘impôt sur le revenu dont les montants varieraient entre 15 000Fcfa et plus de 100 000Fcfa pour les salariés, a eu un impact certain sur le pouvoir d’achat des travailleurs ainsi que sur la qualité de vie de nos concitoyens, si l’on compare la période actuelle à celle de janvier et février 2012. Ainsi, BSS encourage le gouvernement à poursuivre dans cette tendance baissière, de l’élargir à d’autres produits de grande consommation tout en s’investissant davantage dans une nouvelle politique agricole garantissant l’autosuffisance alimentaire, seul gage d’une véritable indépendance.

Dans la perspective de la campagne agricole, BSS a suivi avec beaucoup d’intérêt le conseil interministériel à l’issue duquel il a été beaucoup question de semences sélectionnées ; il appuie fortement cette idée et demande au gouvernement de continuer à mettre en place, en accélérant le rythme de ce travail, les semences et autres intrants agricoles à la disposition des agriculteurs, compte tenu de l’imminence de l’hivernage. En ce qui concerne le système éducatif, à moins de deux mois de la fermeture des classes, le nouveau plan d’actions décrété par les syndicats d’enseignants fait craindre le pire sur la situation de l’école sénégalaise. C’est pourquoi, BSS attire l’attention du gouvernement sur ces menaces et appelle les deux parties à engager dans l’urgence et résolument des négociations franches et sincères pour sauver l’année scolaire. Par ailleurs, BSS fustige avec la dernière énergie l’attitude irresponsable d’un responsable du PDS consistant à violer de manière délibérée une mesure destinée à faciliter le fonctionnement de la justice. En plus, la mauvaise aventure a tenté de discréditer les forces de sécurité en charge de la surveillance du territoire national. Ce fait, inqualifiable pour un citoyen, pose la nécessité pour le gouvernement de redoubler de vigilance, face à ces fossoyeurs de la République qui feront feu de tout bois pour échapper à la justice, surtout dans un environnement sous-régional marqué par une vulnérabilité et une inflammabilité extrêmes (Mali, Guinée Bissau, Guinée Conakry, etc.). En effet, une telle oeuvre d’affaiblissement de notre sécurité collective pourrait inciter des individus malveillants et des terroristes à tenter de faire de notre territoire un terrain d’essai pour commettre des forfaits et crimes dont pourraient pâtir nos compatriotes et des étrangers vivant parmi nous.
 
 
En tout état de cause, BSS renouvelle son soutien au gouvernement et aux troupes sénégalaises envoyées au front, dans le cadre de la solidarité entre les peuples du Sénégal et du Mali, et dont le professionnalisme, le sérieux et le courage font qu’elles sont sollicitées sur tous les champs de bataille pour la démocratie, la paix et le développement. Dans un tel contexte fait d’adversité subversive du Pds, de vulnérabilité créée par les difficultés énormes du vécu des populations, jeunes, en particulier, dans un climat sous-régional tout aussi gros de menaces, BSS pense que, pour faire face et relever les défis de la refondation des institutions et du redressement économique social et culturel, BBY doit comprendre l’impérieuse nécessité d’une intervention harmonisée, cohérente et efficace, capable de rendre visibles, dans tous les domaines, les avancées significatives réalisées par le gouvernement né de la deuxième alternance démocratique.

Dans une telle perspective, BSS encourage le Président de la République, Monsieur Macky SALL, Président de la coalition BBY, à engager les discussions avec les alliés, en vue de mettre en place un cadre unitaire, de concertation et d’harmonisation des interventions, normé par un code de conduite adapté. C’est à ce prix et à ce prix seulement que les nombreux défis vont être relevés, dans le respect de l’esprit républicain et patriotique du slogan: « La patrie avant le parti, la nation avant la coalition ! »

Fait à Dakar, le mercredi 05 juin 2013

La Conférence des leaders de la coalition Bennoo Siggil Senegaal


Jeudi 6 Juin 2013 - 10:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter