Mandat d'arrêt contre Compaoré: «un pas vers la vérité»

La justice burkinabè a émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien président Blaise Compaoré le 4 décembre dernier dans le dossier sur l'assassinat de Thomas Sankara. Couronnement d’une année de procédure accélérée avec la chute de Blaise Compaoré le 31 octobre 2014, cette mesure est « un pas vers la vérité », estiment l'entourage du président Sankara.



La justice burkinabè a annoncé avoir lancé un mandat d'arrêt contre l'ancien président Blaise Compaoré, en exil en Côte d'Ivoire depuis sa chute du pouvoir en octobre 2014. Blaise Compaoré est inculpé d'assassinat, d'attentat et de recel de cadavre dans l'enquête sur la mort du l'ex-président Thomas Sankara en octobre 1987. Les proches se réjouissent de cette démarche judicaire.

« Pour moi, c’est une avancée dans le dossier  », « un pas vers la vérité », se réjouit ainsi Moussbila Sankara, l'oncle de Thomas Sankara, qui était au moment des faits, ambassadeur en Lybie. Ce proche de l'ancien président estime que le mandat d'arrêt va permettre d'élucider le rôle de Blaise Compaoré dans l'assassinat de Sankara.

Une avancée « logique », affirme-t-il, « parce que Blaise Compaoré était le premier responsable de l’armée au moment où ça s’est passé. Pour moi il a d’abord été le commanditaire puisqu’il n’a pas désavoué l’acte ; il peut bien être le donneur d’ordre, parce que c’était un camp militaire. Ce n’est donc pas une caserne de bandits où quelqu’un peut se lever et puis aller abattre quelqu’un qui a rang de chef d’Etat et que par la suite rien ne se passe. Donc pour moi c’est lui le responsable. »
Maitre Bénéwendé Sankara, l'avocat de la famille Sankara, est lui aussi optimiste. Et ce malgré, le fait que les tests ADN se soient avérés infructueux.

« Les tests ADN constituaient une expertise complémentaire à la requête de la famille du président Sankara, pour avoir la certitude que les ossements retrouvés sont ceux du président Thomas Sankara, rappelle simplement Me Bénéwendé Sankara. Du reste, il faut relativiser, parce que le laboratoire de la police scientifique conclut que vu la dégradation des restes, il est difficile de trouver des ADN détectables qui peuvent reproduire des empreintes génétiques, ce qui ne remet pas en cause l'autopsie et bien sûr l'expertise balistique, qui sont aussi des éléments. En tout état de cause, le rapport sur les tests d’ADN ne saurait être un obstacle à la poursuite de la procédure. »

■ Dossier Sankara : retour sur un an de procédure

Dès son investiture, le président Michel Kafando avait ordonné l’ouverture du dossier Thomas Sankara. C’était trois semaines après la chute de Blaise Compaoré.
Six mois après ce discours historique, les restes supposés du capitaine Thomas Sankara et ses douze compagnons, sont exhumés du cimetière de Dagnoën à Ouagadougou.

Le 13 octobre 2015, les résultats de l’autopsie révèlent que la mort du capitaine Thomas Sankara et ses douze compagnons est d’origine criminelle, selon l’un des avocats de la famille Sankara. Plusieurs personnes dont des militaires de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle sont inculpées. Le gouvernement de la transition se réjouit de ces avancées significatives dans le dossier Sankara et demande à la population de faire confiance à la justice.

Le 12 novembre dernier, le général Gilbert Diendéré, bras droit et ex-chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, est officiellement inculpé pour complicité d’assassinat dans l’affaire Sankara.
L’expertise ne confirme pas que les restes retrouvés dans les tombes sont ceux du capitaine Thomas Sankara et des douze personnes à ses côtés au moment de sa mort, car aucun ADN n’a pu être détecté sur les dépouilles. Les familles devront donc se contenter des résultats de l’autopsie et des objets retrouvés dans les tombes. Mais dans le dossier figure un document de taille : un mandat d’arrêt international contre Blaise Compaoré. La justice burkinabè attend toujours la réaction des autorités ivoiriennes, le pays d’accueil de l’ancien président burkinabè.
source:rfi.fr

Dior Niang

Mardi 22 Décembre 2015 - 08:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter