Mandat présidentiel, transhumance: Moustapha Cissé LO dans tous ses états

Le vice-président de l'Assemblée nationale par ailleurs responsable de l'Alliance Pour la République ne lâche pas le morceau. Ce, malgré la sortie du président de la République, Macky Sall pas plus tard que ce jeudi lors du face-à-face avec une partie de la presse nationale, demandant ses partisans de reporter le débat en 2016. Moustapha Cissé LO refuse de se taire. Du coup, il ne rate pas le président sortant Wade. Mêmes les alliés du Chef de l'Etat dans le cadre de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY), Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse en prennent pour leurs grades. Il n'oublie pas le président Abdou Diouf.



«Abdoulaye Wade condamne aujourd’hui la transhumance mais combien de gens a-t-il mis en prison. Il les a laissé sortir parce qu’ils voulaient adhérer à son parti. Combien sont-ils ces gens ? Sada Ndiaye, Adama Sall, Mbaye Diouf…Les Sénégalais vont rigoler parce que cette diversion-là, ce n’est pas sérieux. Combien de militants d’autres formations, il a enrôlé quand il était au pouvoir ? Tous ces gens qui parlent, ils prennent les militants d’autres formations que ce soit le Parti Socialiste (PS), l’Alliance des Forces de Progrès (AFP), le Parti Démocratique Sénégalais (PDS)… », scande Moustapha Cissé LO.

 
Le responsable de l’APR dans les colonnes du « Le Populaire »est loin d’en avoir fini. Selon lui, « tous ceux qui poussent Macky Sall à respecter ses engagements n’ont jamais été à la hauteur dans leurs engagements». Le député de poursuivre : «Si on veut nous faire croire que tout ce que Macky Sall a dit ou a promis, il va le faire. Je ne crois pas à cela, je le dis. Ceux qui poussent le président Macky Sall à respecter ses engagements, n’ont jamais rien respecté vis-à-vis des Sénégalais. Abdoulaye Wade en premier…Il y a Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng, Abdou Diouf…


Donc il faut qu’on laisse les gens travailler parce que tout ce que les gens disent, c’est de la diversion». «Macky Sall va respecter ce que dit la Constitution, c’est-à-dire les sept (7) ans », clos le vice-président de l’Assemblée nationale qui en remet toutefois une couche. Car pour lui, si c’est du « waax waxeet » (se dédire), Abdou Diouf, Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse et Abdoulaye Wade ont été les premiers à le faire».
 


Mardi 21 Avril 2015 - 10:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter