Mandela fête ses 95 ans à l’hôpital mais son état s’améliore



Nelson Mandela fête jeudi ses 95 ans dans sa sixième semaine d'hospitalisation à Pretoria mais sa fille a fait état de progrès étonnants de l'ancien président qu'on avait dit au seuil de la mort
Nelson Mandela fête jeudi ses 95 ans dans sa sixième semaine d'hospitalisation à Pretoria mais sa fille a fait état de progrès étonnants de l'ancien président qu'on avait dit au seuil de la mort

Les voeux de « joyeux anniversaire » ont commencé à affluer pour Nelson Mandela qui fête jeudi ses 95 ans dans un lit d’hôpital à Pretoria, même si son état « s’améliore régulièrement » selon la présidence sud-africaine.

Le héros de la lutte contre l’apartheid et ancien président sud-africain est confiné depuis près d’un mois et demi dans cette clinique mais sa fille Zindzi a assuré mercredi à la chaîne Sky News que son père « faisait des progrès remarquables » et « regardait la télévision avec des écouteurs ».

« Ses médecins ont confirmé que sa santé s’améliorait régulièrement », a ajouté la présidence sud-africaine dans un communiqué qui, pour la première fois depuis le 23 juin, n’utilise pas le terme d’ »état critique ».

Une multitude d’actions caritatives ou symboliques doivent marquer cette journée du 18 juillet dont l’ONU a fait un « Mandela Day », durant lequel chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement 67 minutes au service des autres, en hommage aux 67 années de militantisme de Mandela.

Sur Twitter, les messages défilaient jeudi à une vitesse éclair.

« Exemple de courage et d’humilité »

« Joyeux 95e anniversaire à Nelson Mandela, un homme extraordinaire et infatigable champion des droits de l’homme », a lancé sur Twitter l’archevêque Desmond Tutu, lui-aussi connu dans le monde entier pour sa résistance à l’apartheid, le régime raciste qui a pris fin en 1994 avec les premières élections mutiraciales.

Le président américain Barack Obama a salué l’ »exemple extraordinaire de courage, de gentillesse et d’humilité » qu’a donné Mandela et le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a célébré un « homme qui a rendu au peuple sud-africain sa liberté et sa dignité ».

Les dernières – bonnes – nouvelles de l’état de santé de Mandela contrastent avec les craintes exprimées ces dernières semaines au sujet de cette énième hospitalisation pour une grave infection pulmonaire. Beaucoup, y compris au sein de sa famille, s’étaient préparés à un douloureux deuil national.

A présent, Mandela reconnaît ses visiteurs et semble aussi capable de communiquer. « Il réagit très bien (…) du regard et de la tête. Et il lève parfois la main comme s’il voulait nous serrer la main », a assuré sa fille Zindzi après l’avoir vu la veille. « Il y a eu un moment où nous étions tous extrêmement anxieux et inquiets et nous étions prêts au pire », a-t-elle reconnu. « Mais il continue de nous étonner tous les jours ».

L’épouse de Nelson Mandela depuis 1998, Graça Machel, qui le veille jour et nuit, s’était déjà dite vendredi « un peu moins anxieuse » qu’une semaine auparavant. Mandela l’avait épousée en troisièmes noces le jour de ses 80 ans et le couple fête ce jeudi ses quinze ans de mariage.

Le « Mandela Day » avait d’abord été célébré en Afrique du Sud en 2009: « Nous avons décidé de ce jour en l’honneur de Mabida (nom de clan de Mandela, ndlr), afin d’inspirer chacun de nous pour agir personnellement, et changer le monde pour le meilleur », a dit le président Jacob Zuma.

« Joyeux anniversaire » à l’unisson à 8 heures

L’année suivante, le 18 juillet 2010, l’ONU avait décrété à son tour un « Mandela Day ». Aujourd’hui, toutes nos pensées sont tournées vers le riche héritage qu’il nous a laissé, à nous Sud-Africains et au monde », a également déclaré M. Zuma, lançant même: « Faites de chaque jour un Mandela Day ».

En cette journée particulière, les enfants de tout le pays à l’unisson devaient chanter « joyeux anniversaire » à 08h00 pile (06h00 GMT), des volontaires repeindre des écoles et une association de motards nettoyer des rues.

Quant aux hommes ou femmes politiques, ils ne manqueront pas de se faire photographier les manches retroussées, prêtant la main à une oeuvre caritative.

Le président Zuma, au nom de la réconciliation entre les races voulue par Mandela, s’apprêtait ainsi à présider une remise de logements sociaux à des pauvres, dont des familles blanches.

Mandela, emprisonné pendant 27 ans par le régime ségrégationniste d’apartheid, était ressorti de prison sans un mot de vengeance.

Libéré en 1990, il a négocié avec le pouvoir en place une transition douce vers la démocratie. Une fois président, en 1994, il n’a jamais cherché à humilier ou à défavoriser la communauté blanche, prêchant au contraire en permanence la réconciliation.


AFP

Jeudi 18 Juillet 2013 - 10:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter