Mansour SY : « Les agents qui font l’objet de contentieux devront impérativement se justifier… »



Mansour SY : « Les agents qui font l’objet de contentieux devront impérativement se justifier… »

Une réunion du comité de pilotage de l’audit physique et biométrique dans la fonction publique a été présidée ce vendredi matin par le premier ministre Aminata Touré. Au total 11.629 agents de l'Etat non enregistrés à l'issue des deux premières phases de l'audit physique et biométrique des fonctionnaires verront leur salaire de décembre domicilié au Trésor public, a annoncé par ailleurs le ministre de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles, Mansour Sy qui ne manque pas de prévenir.

 
Les salaires des agents dont la situation fait l'objet de "contentieux avérés" seront purement et simplement suspendus, a-t-il dit au sortir de la réunion qui avait pour objet de valider les résultats de l'audit, de prendre ensuite des mesures de correction des résultats obtenus à l'issue des deux premières phases de l'audit entamée le 30 novembre dernier.


« Une première période (d’audit) sur deux mois, une deuxième période sur un mois et à l'arrivée, nous avons fait le point exact de la situation que nous vivons » explique Mansour SY qui livre: « Au niveau de la Fonction publique, nous avons audité 121.754 agents réguliers, mais à côté, nous avons identifié des contentieux avérés pour 1.017 agents qu'on n'a pas vus ni à la première phase ni à la deuxième phase et qui sont au nombre de 629 ». Avant de menacer.

« Les agents concernés dont les salaires sont au billetage au Trésor public devront impérativement se présenter auprès de leur administration pour apporter aux commissions spéciales les preuves matérielles justifiant de leur éligibilité à percevoir une rémunération. Tous les salaires qui seront domiciliés ne le seront que pendant deux mois. Chaque agent qui pourra justifier du poste de travail validé par son chef de service pourra prendre son salaire ».
 
Mieux. « on a rappelé aux uns et aux autres, particulièrement aux chefs de service, leurs responsabilités engagées dans l'établissement des actes qui vont permettre de rétablir les salaires. Chaque fois qu'on aura noté que ce sont des actes qui été constitués avec beaucoup de légèreté, de copinage ou de facilitation, l'Etat a prévu des sanctions à l'endroit de tous ceux dont la complaisance aura été révélée » indique le ministre qui fait part « très bientôt, on va ouvrir de nouvelles perspectives, libérer de nouveaux postes pour que tous ceux qui veulent faire carrière dans la Fonction publique puissent venir ».


Vendredi 20 Décembre 2013 - 18:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter