Marche contre les 'dérives bancaires'

Une poignée de manifestants ont dénoncé, samedi à Dakar, lors d'une marche, l’usure et les dérives bancaires à l'appel l’Association des clients et sociétaires des institutions financières (ACSIF).



Marche contre les 'dérives bancaires'

Partis de la Place de l'Obélisque vers 17 h, les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ‘’Donner des prêts aux retraités’’, ''Non à l’enrichissement illicite’’, ''ensemble contre l’usure'', ''non au vol ‘’, ‘’on veut que le vol cesse au niveau des banques'’. Ils ont dénoncé ''la ponction à la source'', ‘’l’épargne obligatoire’’ et demandé ''la baisse des frais de dossier’’ et ''le respect du tiers du salaire''.



La marche qui avait comme itinéraire Place de l’Obélisque, Avenue du Général de Gaulle, a pris fin devant la RTS. ''Nous avons organisé cette marche pour alerter l’opinion nationale et internationale, pour dénoncer les pratiques bancaires et faire revenir les banques à la table des négociation pour qu’ensemble nous puissions vivre dans ce pays’’, a dit le président de l’association des clients et sociétaires des institutions financières (ACSIF), Famara, Ibrahima Cissé.

Selon lui, ''c’est une façon de protester contre l’usure et l’arnaque bancaire'' car il y a ''énormément de problème et de difficultés entre clients et banquiers’’. ‘’Ces problèmes ont pour noms taux d’usure. Les taux sont élevés, les agios et les frais de dossiers coûtent chers, a-t-il fait observer. Lorsque les négociations entre la banque centrale et les banques ont échoué sur la baisse des modalités, nous avons estimé que nous ne pouvons pas rester les bras croisés''. Selon M. Cissé, ‘’les banques sont aujourd’hui devenues des prisons pour les clients. C’est pour cela que nous nous sommes dits qu’individuellement, nous ne pouvons pas régler ce problème mais dès lors que nous sommes en association, nous pouvons arrêter l’arnaque et certaines dérives bancaires’’.


''Nous allons dans le sens de donner des consignes claires aux clients et sociétaires des institutions financières. Si les banques et les microfinances refusent toujours de revoir leur modalité, nous pouvons demander aux épargnants de retirer leurs épargnes de certaines institutions financières’’, a-t-il indiqué. ''Si tous les épargnants se pointent à la banque pour demander leurs épargnes, la banque ira en crise. C’est une menace que nous brandissons. Nous pouvons demander aux clients de ne plus adhérer aux institutions financières qui se voueront au banditisme financier. Plusieurs actions sont en perspective pour décourager l’usure bancaire’',a t-il dit.



Venu prendre part à la manifestation, Amadou Sarr, coordonnateur national adjoint du M23 a invité les banques à ‘’se lancer dans le développement’’ estimant qu’une ‘’banque doit correspondance au niveau de développement du pays’’. ‘’Le M23 est déterminé dans ce combat car selon lui, il y va de la survie du pays. Ce n’est pas un problème personnel de tracasserie c’est la survie du Sénégal. Si nous ne réglons pas ce problème, nous ne pourrons pas nous développer’’, a-t-il fait savoir.
Aps


Aps

Dimanche 20 Avril 2014 - 13:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter