Marché ivoirien de l’artisanat: une foire aux couleurs et particularités communautaires (MAGAZINE)

Le marché ivoirien de l’artisanat (Miva) qui a ouvert ses portes officiellement mardi a des allures de festivals de couleurs, de senteurs et de particularité communautaires au Palais de la culture de Treichville (Sud d’Abidjan) où plus de 450 artisans, “la crème de l’artisanat africains“ selon la première vice-présidente de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Sara Sako, rivalise en créativité.



Si les artisans burkinabés sont remarquables par leurs pagnes traditionnels et les articles en caoutchouc recyclé, les Togolais le sont par leurs œuvres sculptés dans du“ bois d’ébène“ ou des “cornes de bœuf“.

 

Avec ces matières, divers objets d’utilité courante comme des barrettes à cheveux, des dé-capsulaires, ou des peignes sont fabriqués. D’autres, à but décoratifs, des cartes d’Afriques et de pays, des cadres de photo etc. sont aussi exposés.

 

 Chez les Béninois les perles et les cristaux sont  à l’honneur avec la confection d’articles allant des bijoux, pochettes, chaussures, couverts aux croix et grottes de prière.

 

Les artisans nigériens, quant à eux sont repartis en deux groupes : les artisans dont la matière première principale utilisée est le cuir à l’instar des Sénégalais. Ceux-ci proposent des sacoches et des sièges (poufs) entre autres.

 

L’autre groupe d’exposants nigériens est composé des tradipraticiens, qui se démarquent surtout par les odeurs d’encens qui émanent de leurs stands. En majorité des femmes, elles proposent des médicaments traditionnels africains et aussi des “secret de femme“, divers potions aux propriétés qui relèvent souvent de la métapysique, afin de “retenir son homme“.

 

Le Maroc, invité spécial du Miva propose des articles de tout genre. Des produits à base d’huile d’argan, des chaussures de peaux, des objet décoratifs et des couverts faits dans du bois etc, faisant montre d’un savoir-faire industriel que le ministre de l’artisanat Anzoumana Moutayé espère communiquer aux artisans ivoiriens.

 

Stylistes couturiers, céramistes, teinturiers, bijoutiers, sculpteurs, tradipraticiens, etc, chacun dans un stand blanc bardé d’articles aux couleurs vives et gaies exposent fièrement ses chefs-d’œuvre.

 

Des visiteurs allant allègrement de stands en stands, émerveillés par tant de créativité sont happés ici et là par des exposants qui s’empressent de leur montrer des “souvenirs“.

 

Le désir commun de tous ces artisans, selon des propos recueillis, c’est d’avoir des contacts et “établir des partenariats avec d’autres artisans à Abidjan“ et “retourner sans (leurs) marchandises“ de préférence.

Source: Alerte Infos



Lundi 26 Septembre 2016 - 10:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter