Mardi fortement judiciaire: Wally Seck, Barthélémy Dias, feu Mamadou Diop, la bande d’homosexuels au menu

Entre le dossier de feu Mamadou Diop du nom de l’étudiant tué lors des violences pré-électorales avant la présidentielle de 2012, Wally Seck poursuivi pour coups et blessures, Barthélémy Dias et les régies publicitaires et la bande des cinq homosexuels surpris à la Cité Aliou Sow, il s’en passera des choses au Palais de Justice ce mardi 4 août 2015.



Ce 4 août 2015 est la journée des célébrités au temple de Thémis. Il est fort possible que Wally Seck et Barthélémy Dias se croisent dans les couloirs du Tribunal. Son père, Thione Seck en prison pour une affaire de faux billets, le fils va faire face, aujourd’hui au juge. Le chouchou des jeunes filles devra répondre du délit de coups et blessures volontaires. Des faits qui remontent à l’année 2013, opposent le chanteur au boulanger Babacar Sadikh Sow que Ballago-fils avait confondu avec l’un de ses agresseurs.


La fameuse destruction des panneaux publicitaires de la maire de Mermoz-Sacré Cœur, amène le maire de la localité à la barre du tribunal correctionnel, ce mardi. La plainte des  propriétaires de ces panneaux, est passée par là. Le responsable socialiste est poursuivi entre autres pour destructions de biens appartenant à autrui.

 
Aujourd’hui, c’est aussi le dossier de feu Mamadou Diop qui se joue. Lors de la dernière audience qui s’était tenue le 18 juin dernier, le père du défunt étudiant n’avait pas mâché ses mots  : «Vous avez vu la manière dont ils ont disqualifié l’assassinat de Mamadou Diop pour nous faire comparaître en correctionnel. Tout cela me fait pitié, c’est comme cela qu’ils voulaient faire pour envoyer Harona SY en mission. Aujourd’hui, c’est Souaré qui est en mission alors qu’il est impliqué dans cette affaire d’assassinat ». «Si c’était un seul des leaders qui était touché », crache ce dernier qui cite : «Niasse, Tanor ou Cheikh Bamba Dieye », ce pour dire que «les élections n’allaient pas avoir lieu». «Je suis très déçu», crie-t-il.
 

L’affaire avait été renvoyée en raison de l’absence d’un des policiers à savoir Wagane Souaré envoyé alors en mission de maintien de paix au Mali. Mais en présence de l’autre prévenu, Tamsir Ousmane Thiam du nom d’un des agents de police accusé d’avoir porté des coups sur la personne de Mamadou Diop, complicité de coups mortels, complicité de coups et blessures, coups mortels, coups et blessures volontaires.
 
 
Pour le Procureur qui avait formulé le renvoi, «la comparaison de Wagane Souaré est impérative ». Président de la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH) par ailleurs avocat de la famille de feu Mamadou Diop, Me Assane Dioma Ndiaye espère que cette date du 4 août sera la bonne pour « qu’on donne à cette affaire toute son importance ». Selon des engagements fermes donnés à l’Agent Judiciaire de l’Etat (AJE) par la Directrice Générale de la Police Nationale (DGPN), Anna Sémou Faye, le policier sera rapatrié et sera à la barre, aujourd’hui. Dans tous les cas, Amnesty international section Sénégal veille aux grains.
 
 
Evoquée le 28 juillet dernier en flagrants délits, l’affaire de la bande d’homosexuels n’avait pas alors été retenue. Ce, en raison de l’absence du témoin clé qui n’est autre que la maman d’un des homosexuels, qui a saisi la police parce que son fils volait son argent pour entretenir ses amants. L’affaire ainsi suspendue à la salle 1, les « amies » de Manga Thiam, Ndaraw Mboup, Diongomaye Sène, Mamadou Lamine Sow, Gérome Dos Santos, Massamba Bassène et Sadou Ndiaye, avaient poursuivi l’audience à l'entrée du Temple de Thémis. Les murs raisonnent encore


C’est à la suite d’une descente des limiers à la cité Aliou Sow que la bande a été arrêtée et les sept (7) sont depuis le 21 juillet dans les liens de la détention. 


Mardi 4 Août 2015 - 00:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter