Marikana: Julius Malema va porter plainte contre le vice-président

Le leader populiste sud-africain Julius Malema va engager des poursuites judiciaires contre le vice-président du pays pour son rôle dans le massacre de Marikana. Le rapport sur ce massacre a été publié la semaine dernière. La commission enquêtait sur le décès de 34 mineurs abattus par la police lors d'une grève illégale en août 2012. Pour Malema et son parti, ce rapport ne va pas assez loin. Il exonère notamment tous les politiques, tel que le vice-président Cyril Ramaphosa.



Julius Malema en compagnie des mineurs de Marikana venus protester à Pretoria, le 12 septembre 2013. AFP PHOTO / ALEXANDER JOE
Julius Malema en compagnie des mineurs de Marikana venus protester à Pretoria, le 12 septembre 2013. AFP PHOTO / ALEXANDER JOE

Julius Malema ne va pas lâcher le morceau. Ce vendredi matin il compte se rendre au poste de police de Marikana pour y déposer une plainte. Son parti veut engager des poursuites judiciaires contre la compagnie minière Lonmin où travaillaient les mineurs décédés, contre le ministre de la Police de l'époque et surtout contre le vice-président Cyril Ramaphosa. A l'époque, ce dernier était membre du conseil d'administration de Lonmin. Il avait personnellement demandé l'intervention des forces de l'ordre pour mettre fin à cette grève.

Pour Julius Malema, Cyril Ramaphosa est coupable de meurtre. « Ramaphosa a joué un rôle central en faisant pression sur la police pour qu'elle lance une action simultanée sur les mineurs qu'il avait lui-même décrits comme étant des criminels, dans un email envoyé à la direction de Lonmin, affirme-t-il. C'est donc impensable qu'après toutes ces révélations, la commission ait pu exonérer Ramaphosa d'avoir faire pression sur la police pour qu'elle commette une action meurtrière envers des travailleurs. »

La commission n'avait pas de mandat pour enquêter sur le rôle des membres du gouvernement dans cette fusillade. Aussi son rapport  s'est limité à charger essentiellement les policiers  et a exonéré tous les responsables politiques.


Rfi.fr

Vendredi 3 Juillet 2015 - 07:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter