Marion Maréchal-Le Pen se met en retrait de la vie politique

Marion Maréchal-Le Pen a annoncé ce mardi après-midi à sa tante Marine Le Pen qu'elle renonçait à la politique, deux jours après l’élection présidentielle perdue.



Marion Maréchal-Le Pen se met en retrait de la vie politique
La benjamine de l’Assemblée nationale doit annoncer officiellement ce mercredi son retrait de la vie politique. Députée frontiste du Vaucluse et chef de l’opposition au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marion Maréchal-Le Pen dira qu’elle quitte son mandat de conseillère régionale et qu’elle ne se représente pas aux législatives de juin prochain. Dans un courrier adressé à Vaucluse Matin, et déjà publié en partie sur le site du quotidien régional, elle évoque les raisons de son renoncement.

La nièce de Marine Le Pen explique qu'elle a « beaucoup manqué à sa petite-fille dans ses premières années précieuses », et qu'elle veut donc lui consacrer plus de temps. Elle indique aussi : « J’aime le monde de l’entreprise, je n’ai jamais cessé de le défendre durant mon mandat et j’aspire aujourd’hui à y travailler. »

« A 27 ans, écrit-elle, il est encore temps d'en sortir (du monde politique) ». Un adieu qui n'est donc qu'un au revoir. « Je ne renonce pas définitivement au combat politique », avoue la jeune femme.
Son retrait de la vie politique était dans l’air du temps depuis plusieurs semaines. Le mois dernier, elle avait démenti ne pas vouloir briguer un nouveau mandat de députée. Sans convaincre grand-monde. Depuis un moment déjà, on la disait lassée par la vie politique.

Selon l’un de ses proches, cette mise en retrait est motivée par « des raisons personnelles, tout un tas de choses ». Tout un tas de choses, au premier rang desquelles l’envie de souffler sans doute un peu, de voir grandir sa fille et de découvrir un autre univers. « Je pense qu’elle a besoin d’une rupture, avance l’un de ceux qui la connaissent le mieux. Elle répète souvent : "si je ne pars pas maintenant, je ne partirai jamais". »

Un départ également motivé par son âge, elle qui n’a que 27 ans. « Elle est trop jeune pour se positionner », analyse ce même proche. Comprendre : trop jeune pour contester la direction du parti à Marine Le Pen avec qui elle a toujours été en désaccord sur la ligne politique, surtout après l’échec de la présidentielle.

«Et puis elle refuse qu’on l’oppose à sa tante, il y a eu suffisamment de ruptures dans sa famille », ajoute ce conseiller. Malgré les espoirs placés en elle par de nombreux élus, Marion Maréchal-Le Pen va prendre un peu de champ et partir travailler dans le privé, sans doute à l’étranger. Vrai départ ou simple parenthèse ? L’avenir le dira. Mais pour ce proche, la jeune élue n’est pas « une vraie Le Pen ». « Elle n’a pas de bouffées d’orgueil, comme peuvent en avoir son grand-père ou sa tante », explique-t-il. Un grand-père qui a regretté cette décision, qualifiée de « désertion ».

rfi.fr

Mercredi 10 Mai 2017 - 09:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter