Maroc : l’enfant syrien qui avait subi 3 refus de visas a finalement retrouvé son père

Un enfant syrien refoulé fin juin à l'aéroport de Casablanca est entré mercredi légalement au Maroc afin de rejoindre son père, marié à une Marocaine. Une campagne avait notamment été lancée en soutien à sa demande de visa sur les réseaux sociaux.



 Maroc : l’enfant syrien qui avait subi 3 refus de visas a finalement retrouvé son père

Haider Jalabi, 10 ans, a atterri mercredi 9 septembre à Casablanca en provenance d’Istanbul, accompagné de Boutaïna Azzabi, la journaliste néerlando-marocaine qui l’hébergeait en Turquie. Ils ont été salués par des responsables marocains et ont emprunté un tapis rouge pour monter dans un véhicule officiel, sans faire de déclarations.

Après le décès sa mère en Syrie il y a plusieurs années, l’enfant avait vécu au Liban puis en Turquie. Il devait venir au Maroc rejoindre son père Bachar, un Syrien disposant d’un titre de séjour dans le royaume et présenté par les médias comme un déserteur de l’armée de Damas.

Pourtant, en juin, faute de pouvoir entrer sur le territoire marocain avec un titre de séjour valide, Haider était resté quatre jours dans l’aéroport, avant d’être renvoyé en Turquie. Il avait essuyé trois refus à sa demande de visa.

« Je suis juste un garçon de dix ans »

Une campagne, menée par la journaliste Boutaïna Azzabi, avait alors été lancée sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MoroccoLetHaiderEnter. Dans une vidéo, Haider Jalabi s’était lui-même adressé au roi Mohammed VI  pour lui demander son aide. « Pourquoi est-ce que ça se passe comme ça ? Je suis juste un garçon de dix ans », avait-il demandé.

Interpellé lundi 7 septembre sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar avait répondu que la requête de l’enfant et de son entourage avait été entendue. « Sa Majesté a donné des instructions pour faciliter son visa. Il sera parmi les siens mercredi si Dieu le veut », avait-il écrit.

Devant l’afflux de réfugiés fuyant les violences et les guerres, le Maroc a imposé des visas d’entrée aux ressortissants de certains pays arabes, dont la Syrie. Lors d’un discours fin août, le roi Mohammed VI avait indiqué que cette décision avait été prise « pour préserver la sécurité et la stabilité » du pays mais qu’elle ne devait pas « être perçue comme un comportement inamical ».


Jeune Afrique

Jeudi 10 Septembre 2015 - 09:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter