Maroc: le retour attendu du roi sur la scène politique

Le roi Mohamed VI est rentré ce samedi 15 juin au Maroc après un séjour d’un mois en France. Un retour très attendu car le principal allié des islamistes au pouvoir a sollicité l’arbitrage du roi pour mettre fin à une crise gouvernementale majeure. Le 11 mai, ce parti a décidé de se retirer du gouvernement, une démarche ouvrant la voie à un remaniement voire à des élections anticipées.



Maroc: le retour attendu du roi sur la scène politique

Interviendra-t-il ? N’interviendra-t-il pas ? C’est la question que se posent tous les médias marocains. Car plus d’un mois après l’annonce du principal membre de la coalition gouvernementale, l’Isitqlal, de quitter le navire, rien ne s’est passé…

Il y a bien eu un coup de fil du monarque  demandant à l’Istiqlal de rester au gouvernement. Mais depuis, plus rien. Les passes d’armes verbales entre les deux partis ennemis au pouvoir le Parti de la justice et du développement (PJD) et l’Istiqlal ont donc continué à faire la une des journaux au détriment de l’action gouvernementale.

Des réformes cruciales bloquées

Et c’est bien là que réside le problème. A force d’agitation et de mésentente le gouvernement est bloqué. Sur des réformes cruciales, notamment, pour améliorer sa situation économique, alors que le déficit public a dépassé les 7% du produit intérieur brut.

Impossible de continuer de cette façon. Entre un remaniement et des élections anticipées il va donc falloir trancher. Un arbitrage que la classe politique dit attendre du roi.

En face le monarque n’a aucune obligation constitutionnelle d’intervenir. Depuis son arrivée, Mohamed VI a participé à plusieurs inaugurations officielles, mais il n’a, pour le moment, prononcé aucun mot sur l’actuelle crise politique que traverse son pays.
Source: RFI



Lundi 17 Juin 2013 - 13:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter