Maroc: peines de prison ferme après des heurts dans un bidonville

Au Maroc, des habitants d'un bidonville de Casablanca avaient été arrêtés au début du mois après s'être opposés à une opération de démolition de leur logement. Cette opération avait soulevé une polémique dans la presse, plusieurs intellectuels ayant dénoncé la violence inutile des autorités. Mais la justice les a néanmoins condamnés à des peines de prison ferme.



Une femme au milieu des ruines de sa maison après la destruction du plus vieux bidonville de Casablanca, le 4 juin 2014.
Une femme au milieu des ruines de sa maison après la destruction du plus vieux bidonville de Casablanca, le 4 juin 2014.

Le mardi 3 juin, des bulldozers protégés par des policiers avaient démoli 42 baraquements dans le bidonville de Carrières centrales, l'un des plus anciens de la mégapole de Casablanca. Expulsés de force de leur logement, certains habitants s'étaient alors battus avec les policiers et 19 d'entre eux avaient été placés en garde à vue.

Malgré les protestations d'écrivains et de militants des droits de l'homme, les verdicts sont tombés jeudi : de deux à quatre mois de prison ferme pour 18 d'entre eux, pour « atteinte à fonctionnaires dans l'exercice de leurs fonctions », « coups et blessures » et « manifestation non autorisée ».

Les opérations de démolition font partie de l'ambitieux programme « Ville sans bidonvilles », qui vise à éradiquer d'ici 2017 les habitats insalubres. Problème, selon l'Association marocaine des droits de l'homme : les statistiques sur lesquelles sont basées les programmes de relogements sont anciennes, et les enfants d'hier ont désormais fondé leur propre famille.

Mais les autorités préfectorales ne veulent rien entendre : elles veulent aller vite. Il faut dire qu'à Carrières centrales, le taux de réalisation du programme « Ville sans bidonvilles » est d'à peine 50%. D'autres démolitions sont prévues la semaine prochaine.

Source : Rfi.fr
 



Dimanche 15 Juin 2014 - 11:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter